20/12/03 (B226) Recommandations en vue d’assurer la transparence des prochaines élections à Djibouti, émises par le Président de la LDDH, Jean-Paul Noël ABDI, lors du 3ème congrés de l’UIDH qui s’est tenu à Ouagadougou.

 

Proposition
de Recommandation en faveur de la Transparence des prochaines élections
présidentielles en République de Djibouti.


A L’ATTENTION DES MEMBRES DU IIIème CONGRES DE L’UIDH

Présentée
par : M. NOEL ABDI Jean-Paul de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains

” HOMMAGE A LA DAME
Faut-il attendre que la Reine fasse éclater sa nudité,
ou faut-il sauver son peuple ? ”
Conseil-Adage africain (Côte d’Ivoire)

Rappelant que la République
de Djibouti, par nature avait la vocation d’être le havre de la Paix
sur le plan de notre Sous-Région, mais n’avait pas réussi à
gérer la Paix sociale à l’intérieur de notre pays, en
particulier dans les régions d’Obock, de Tadjourah et de Dikhil.

Rappelant que le conflit
armé entre les Forces-Armées du Gouvernement et les Forces du
Frud-Armé a éclaté en 1991 pour prendre fin ( après
plusieurs Appels de la LDDH en faveur de la Paix et pour l’ouverture des négociations),
a pris fin avec le premier Accord de Paris du 7 février 2000 entre
les deux Parties. Accord de Paix signé, enfin, le 12 mai 2001, après
plus d’une année d’une négociation à huis-clos.

Négociation probablement
imposée lors de la procédure des faits, inéluctablement
oppressant, une fois sur le terrain des Forces gouvernementales.

Conscients que les dernières
élections présidentielles ont largement contribué à
la Paix avec la candidature unique des Partis Politiques de l’Opposition soutenue
par le Frud-Armé, mais fort malheureusement les élections présidentielles
du 8 avril 1999 ont été des élections mascarades ou plus
exactement ont été un véritablement Coup d’Etat électoral
avec devant chaque Bureau de Vote des Hommes Armés de la Gendarmerie
Nationale et de la Force Nationale de Police.

Même des morts ont
voté.

Conscients que les élections
législatives de janvier 2003 ont connu aussi les pires mascarades dans
les zones lors du conflit armé de 1991-2000. Après les élections
législatives de janvier dernier la LDDH, par Note d’Information, avait
souligné le Coup d’Etat électoral dans la Région de Tadjourah
en particulier.

La Ligue Djiboutienne
des Droits Humains est très inquiète pour la transparence et
le bon déroulement des prochaines élections présidentielles
d’avril 2005 et lance un Appel pressant aux membres du Congrès de l’Union
Interafricaine qui se déroule à OUGA (BURKINA FASO), pour que,
dès à présent, toutes les Instances Internationales et
Régionales , que tous les pays amis prennent leurs dispositions afin
que les Observateurs Internationaux ne jouent plus le même rôle
que le Conseil Constitutionnel de la République, dont malheureusement
les Augustes membres baissent souvent l’échine avant même de
se prononcer de la manière la plus solennelle et la plus réelle,
comme tous les véritables juges tenus par ” en mon âme et
conscience “.

La Ligue des Droits Humains
demande à ses frères de l’UIDH d’œuvrer par tous les moyens,
pour que tous les processus électoraux à partir de la vérification
de la révision des listes électorales, ( au moins 10 mois avant
la date du scrutin prévu entre mars et mai 2005) du contrôle
bien avant les élections de la non diffusion permanente et insupportable
des propagandes pro-gouvernementales.

Cette campagne quotidienne
est financée par les Derniers publics avec les Biens des Institutions
étatiques confisquées par le Chef du Gouvernement, Premier Magistrat,
Chef des Armées, Chef de la Mouvance Présidentielle autour du
Chef de l’Etat , futur candidat aux élections de 2005 .