14/11/04 (B272) A lire sur le site du GED, un article intéressant sur l’Exercice du Droit médiéval dit “de cuissage” au sein de l’Etat-Major des Armées de Djibouti, et pas à n’importe quel niveau. Le plus haut : le chef d’Etat-Major Fathi !

Extraits du site
du GED :

(…) Ce sont des faits
avérés, ceux d’un être outrepassant les pouvoirs militaires
et sociaux qui a profité et profite encore des prérogatives
qu’il s’est octroyées pour obtenir des faveurs le plus souvent par
le chantage et la contrainte.

Dans la grande majorité
des cas, nous ne nous situons pas dans un situation d’un adultère commun
(Al zani) – tel que le précise et le condamnent fermement les versets
d’Al Qu’ran (le Coran) – mais comme un ” droit ” venu d’on ne sait
où ? imposé par le général Fathi A BELIKI qui
mérite évidemment discussions et contestations, explications
car c’est l’honneur des femmes qui est en jeu comme celui de leur famille
et de leur époux.

Entre un droit
supposé mythique et une oppression réelle imposée
par Fathi A BELIKI, comment expliquer la violence réelle, comment
peut-on défendre la réalité du droit de la femme
dans notre pays et en l’espèce de ceux des enfants qui sont nés
de ces relations forcées ?.

Aujourd’hui, nous disposons
de l’expression nouvelle de ” harcèlement sexuel ” ; mais
cela est loin d’être la même chose car Fathi A BELIKI a fait usage
des méthodes les plus abjectes pour souvent arriver à ses fins
; moyens assimilables à une forme de la barbarie issue du Moyen Âge
et de ce qu’il y a de plus animal chez l’être humain déstructuré
et en proie aux pires excès de ses instincts par ” l’usage ”
de la domination ; il y a en effet une technique de la domination mais pas
de principe surtout dans ses actes indignes !
(…)

___________________________
Note de l’ARDHD
Nous rappelons à toutes les victimes de tels actes, qu’elles peuvent
déposer plainte et demander réparation. Tant le GED, que notre
Association sont à leur disposition pour étudier dans la plus
grande discrétion, les meilleures actions à conduire, dans le
respect de leur dignité et la protection de leurs familles.

Signez la pétition
contre les plaintes déposées par le Général Zakaria
et le régime dictatorial de Guelleh qui viole tous les principes sacrés
du Respect et de la Dignité de la personne humaine et des femmes.
________________________________________________________