25/11/04 (B273) Radio-Trottoir : bientôt un nouveau “COKTAIL-FOURRE TOUT” à l’Ambassade de Bruxelles pour tenter de redonner un peu de lustre au Maître des lieux.

La formule « Coktail-Foutour
» (ou Coktail-fourre tout, comme disent certains) du mois dernier a
blessé le maître du Poker, Kounta-Kinté. Ses fonds sont
en rouge. Le pire pour lui c’est cette soirée où la Star Académie
lui a volé la vedette.

Auparavant, Kounta «
alias Chehem », Ministre plénipotentière à Bruxelles,
était sûr de lui : hautain, rigide, donneur de leçons,
froid comme un glaçon et universellement méprisant. Ces jours-ci,
il tourne en rond. Il a l’air de s’ennuyer, il scrute longuement le plafond
puis il s’absente. Il revient et il s’en prend à ses subalternes, il
grommelle et il utilise un montagnard comme proche, en lui promettant monts
et merveilles : des illusions de notre artiste.

Il est blessé
dans son orgueil, il pleure pour son pauvre chamelier. Mis sur la touche,
il est atteint dans son coeur de crocodile. Il refuse de reconnaître
ses gaffes, ses bêtises, ses manipulations et ses erreurs qu’il trouvait
plus confortable, jusqu’à présent de mettre sur le compte d’une
cavale monté contre lui. Faux lui répond son inconscient : “Le
vrai et le seul responsable : c’est toi. S’il y a une levée de boucliers
contre toi, c’est parce que tu l’as suscité. Ne mets pas sur les autres
les responsabilités qui sont les tiennes …”

Ces derniers jours, le
naturel a tendance à reprendre le dessus chez lui : ses ambitions remontent
à la surfaces. Il imagine qu’il est un candidat potentiel à
la Présidence ou, au minimum, à la primature : aurait-il oublié
d’un seul coup de baguette magique GOURAD ? Car cela l’attend au virage !
Il s’est refugé à la stratégie qui aurait consisté
à arrondir les angles et à cultiver sa popularité.

Dans un dernier sursaut,
il prépare une nouvelle fois, l’organisation d’une soirée mondaine
et féminine pour tenter de donner un “coup de propre” à
son image et pour son esclave-serviteur qui croit être l’OUGAS de Belgique
et pour essaye de gagner la confiance de Kounta en trahissant ses frères.

Il se veut, faiseur de
roi : il donne son avis sur tous : il trouve à la fois qu’un tel premier
est trop fragile, pas assez populaire pour être candidat et que tel
autre n’incarne pas le renouveau nécessaire. Son intention est moins
de servir les ressortissants, que de les utiliser pour parvenir à ses
fins, comme des obligés ou des dominés.

Les règlements
de comptes et les manoeuvres politiciennes constituent son ordinaire. Il ne
faut pas se faire des illusions : la menace de l’extrême populariste,
autoritaire, despote éclairé est toujours présent, dans
son parcours, autant que dans son passé., L’histoire le jugera un jour
pour avoir trompé la confiance du peuple souverain.

A.G.