14/01/05 (B281) Ce que je ne comprend pas, c’est que si IOG était aussi innocent qu’il veut le dire, il n’aurait pas besoin de faire publier un tel article dans La Nation… (Lecteur)

Ce lecteur nous a alerté
au sujet d’un article paru sous la signature ‘R.I.’ et le titre “Affaire
Borrel : The game is over !”.

Comme d’habitude les Brosses
à Reluire de La Nation se sont mis au travail, dès l’annonce
de la convocation d’Hassan Saïd par la Justice française, laquelle
pourrait être assortie, s’il ne défère pas rapidement,
d’une convocation plus musclée.

Pour tenter de dédouaner
le Grand Chef et ses proches, les journalistes regorgent de mauvaise foi et
d’insinuations grossières, sur RFI, en particulier. Certes Djibouti
est une République indépendante et souveraine, ce que personne
n’a jamais contesté, mais elle a signé des accords avec la France.
Ces accords ne sont pas des accords de type coloniaux, puisqu’ils assurent
la réciprocité ….

Aux termes de ces accords,
Hassan Saïd devra se soumettre et la République, hormis les gesticulations
de ses journalistes dévoués, ne pourra rien faire pour le protéger,
sauf à le faire disparaître (et de quelle façon). Sinon,
elle se mettra hors la loi des accords internationaux et les conséquences
imprévisibles pourraient être très graves.

Par ailleurs, nous avons
été heureux d’apprendre que le Journal La Nation était
l’objet d’une plainte en France pour diffamation. Et le journaliste de crier
au scandale et de dénigrer la compétence et l’indépendance
de la Justice française (qu’il balaye d’abord devant sa porte !!!).

Et pourtant c’est bien
à la Justice française que le Général Zaccharia
et son conseil local se sont adressés pour porter plainte contre l’ARDHD
en diffamation. Curieusement, les journalistes de La Nation n’ont jamais émis
de critique au fait que la Justice française accueille et instruise
la plainte, avant d’organiser un procès juste et équitable,
qui permettra aux témoins de s’exprimer librement sur les violations
des droits de l’homme, sur les tortures, les exécutions extra-judiciaires,
etc…

Comme toujours, deux poids,
deux mesures … et beaucoup de gesticulations …

A se demander si les Journalistes
de La Nation n’agissent pas finalement contre les intérêts de
Guelleh, car comme se le demande notre lecteur, s’il était vraiment
innocent, aurait-il besoin de faire publier un tel article et de sortir de
malheureux arguments peu convaincants ?