22/01/05 (B282) Radio-Trottoir : des informations alarmantes sur la santé de Guelleh ! Réalité, bluff ou misérable argument électoral ?

_________________ Note
de l’ARDHD

Il ne rentre pas dans
les méhodes de l’ARDHD de spéculer sur la maladie des personnes,
même si ce sont dictateurs. Notre combat se situe sur le plan des idées
et des dénonciations des crimes. Nous considérons que cette
information, à ce stade, n’est qu’une rumeur, car elle est impossible
à vérifier.

Nous remarquons simplement
que les rumeurs sur la maladie de Guelleh vont bon train à la veille
des scrutins. Cela avait été vrai lors des dernières
présidentielles et cela se reproduit. A se demander si Guelleh n’applique
pas une stratégie millénaire.

Il sollicite un mandat
en faisant dire : votez pour moi, de toutes les façons, comme je suis
très malade, vous n’aurez pas à me supporter très longtemps.
Une feinte comme une autre. D’autres l’avaient utilisé dans le passé,
y compris un Pape à l’époque où la papauté était
à Avignon …

Et une fois élu,
il retrouvera la forme …..pour en faire baver à tout le monde, surtout
aux crédules. Méfiance donc !! Sa maladie possible ne doit pas
entrer en ligne de compte dans les urnes.

Avec Guelleh tout est possible, y compris la vérité … mais c’est beaucoup plus rare ! D’ailleurs sur le reportage de son bain de foule à Obbock, il semble toujours vaillant … !

Malade, il l’est peut-être des suites et conséquences de l’affaire Borrel ?
____________________________________ Lecteur

GUELLEH serait serieusement
malade.

Des rumeurs circulent à DJIBOUTI sur la santé de GUELLEH : il
serait serieusement malade.

A-t-il peur de consulter
ses médecins en FRANCE, par crainte d’être interrogé dans
le cadre de la mort du magistrat français ou pour être exact
actuellement dans le cadre de l’instruction pour subornation de témoins
? Possible !

Certaines mauvaises langues
mal intentionnées affirmeraient que Paulette se préparerait
au pire et qu’elle terminerait la décoration d’un exil doré
à Pretoria en Afrique du Sud …. pour la convalescence de son époux

Reconnaissons que Guelleh
n’a jamais évoqué sa succession, ce qui aurait pu mettre un
terme aux folles rumeurs. “Après moi le déluge” serait
sa devise, selon les uns.

Quoiqu’il en soit, de
l’étranger, nous attendons des informations pour confirmer ou infirmer
ces rumeurs, car elles pourraient avoir une incidence sur l’avenir de Djibouti.