10/03/05 (B288) Finalement Guelleh n’aura pas de candidat contre lui : il est le seul !!! (AFP / Français et Anglais – info transmise par un lecteur)

_________________________
Note de l’ARDHD
Il semble que le candidat Chehem ait renoncé à se présenter,
face au tollé dans l’opposition, dont il avait été exclu
au dernier trimestre 2004. Finalement, il aurait compris que sa candidature
était vouée à un échec certain et qu’il se discréditait
complètement.

_________________________Dépêche
AFP (Français)
Election présidentielle à Djibouti: le chef de l’Etat sortant
seul candidat

DJIBOUTI – Le chef de
l’Etat sortant de Djibouti Ismaïl Omar Guelleh est le seul candidat à
l’élection présidentielle prévue le 8 avril dans ce petit
pays de la Corne de l’Afrique, a indiqué mercredi le ministre djiboutien
de l’Intérieur.

“Le dépôt
des candidatures pour l’élection présidentielle du 8 avril 2002
a pris fin le mardi 8 mars à minuit”, a déclaré
le ministre Abdoulkader Doualeh Waiss lors d’une conférence de presse.

“Uniquement son excellence
le président de la République et chef du gouvernement, M. Ismaïl
Omar Guelleh, s’est manifesté le 7 mars à 11h00”, a-t-il
ajouté. “Nous n’avons enregistré aucun candidat provenant
d’un parti ou se présentant indépendamment”, a-t-il poursuivi.

Malgré cette candidature
unique du chef de l’Etat sortant, au pouvoir depuis 1999, et l’absence de
tout candidat de l’opposition, “les élections présidentielles
auront lieu comme prévu le vendredi 8 avril 2005”, a souligné
le ministre de l’Intérieur.

Le 9 avril 1999, M. Guelleh
avait remporté l’élection présidentielle avec 75% des
suffrages exprimés face à un seul candidat de l’opposition,
Moussa Ahmed Idriss.

Pour le scrutin de 2005,
un candidat d’un parti de l’opposition, Mohamed Daoud Chehem, président
du Parti djiboutien pour le développement (PDD) avait pourtant annoncé
fin août sa volonté d’être candidat.

Le principal dirigeant
de l’opposition, Ahmed Dini Ahmed, ancien Premier ministre, ex-chef de la
rébellion Afar et président de l’Alliance républicaine
pour le développement (ARD) est décédé des suites
de maladie le 12 septembre dernier à Djibouti.

Stratégiquement
situé à l’entrée de la mer Rouge, ce petit Etat largement
désertique d’un demi-million d’habitants, indépendant de la
France depuis 1977, accueille la plus importante base militaire française
à l’étranger, avec quelque 2.700 hommes, et la seule base militaire
américaine en Afrique.

Le président Guelleh
avait succédé en 1999 au premier président de ce petit
pays de la Corne de l’Afrique, Hassan Gouled Aptidon, après avoir été
son chef de cabinet et homme de confiance pendant vingt-deux ans.

Né en 1947 à
Dire-Dawa (Ethiopie) d’un père instituteur devenu cheminot, Ismaël
Omar Guelleh appartient au sous-clan Issa des Mamassans, comme son prédécesseur.

Chef de cabinet, à
seulement 30 ans, du président Hassan Gouled, “le Père
de l’Indépendance”, il a conservé ce poste stratégique
avant de s’asseoir à son tour dans le fauteuil présidentiel.

Pendant toute cette longue
période de vingt-deux ans, M. Guelleh fut également en charge
de la sécurité et des services de renseignements.

“Trois choses programmées
par avance auront lieu comme prévu”, a déclaré mercredi
le ministre djiboutien de l’Intérieur.

“Premièrement,
une organisation matérielle et technique autant que possible irréprochable.
Deuxièmement, le respect des texte légaux et réglementaires
qui sera suivi à la lettre. Troisièmement, nous serons vigilants
pour assurer l’ordre public, la sécurité et la circulation des
personnes et des biens, a-t-il conclu.

_________________________
Dépêche AFP (Anglais)

Djibouti president
faces no contest

President Guellah’s party won all 65 parliamentary seats in 2003

Djibouti’s President Ismail
Umar Guelleh will be the sole candidate for the East African country’s highest
office when voters go to the polls next month.

Interior Minister Abd
al-Qadir Doualeh Waiss said on Wednesday that although others could have registered
to run, Guelleh was the only candidate to submit papers to stand in the 8
April election.

“All candidates wanting
to participate in the presidential elections, including independents, had
10 days from Sunday, 27 February 2005, until midnight Tuesday, 8 March 2005,
to deposit their papers,” he said.

“Only his excellency,
the president of the republic and chief of government, Ismail Umar Guelleh,
presented himself on 7 March 2005 at 11am. We have not recorded candidates
from any other party or independents.”

Despite the fact that
Guelleh, the leader of the People’s Progress Rally party who has ruled Djibouti
since 1999, will be the only candidate, “the presidential elections will
be held as scheduled on Friday, 8 April 2005”.

Serious shortcomings

Djibouti, strategically
located at the southern end of the Red Sea on the Gulf of Aden, is a key part
of the maritime link from Mediterranean and the Suez Canal in the north to
the Indian Ocean.

It is home to the largest
overseas French military base and the only US military base in Africa, and
in recent years has become a hub for international anti-terrorism efforts.

Strategically located
Djibouti is home to French and US bases

However, Djibouti’s record on democracy has frequently been criticised, most
recently last month when the United States pointed out serious shortcomings
in conditions there.

“The government’s
human-rights record remained poor and it continued to commit serious abuses,”
the State Department said of Djibouti in its annual human-rights report.

“The government limited
citizens’ rights to change their government,” it said.

In January 2003, Guelleh’s
Union for a Presidential Majority (UMP) coalition won all 65 seats in Djibouti’s
parliament in polls that opposition parties denounced as rigged. The government
denied the allegations.

AFP