11/03/05 (B289) Confirmation de l’expulsion du directeur français de la BCI (ARDHD)

Ce soir, nous sommes en
mesure de confirmer l’expulsion en urgence absolue du directeur de la BCI.
Nous avons publié l’information dans la rubrique Radio-Trottoir dès
hier.

Il semble que les raisons
de cette expulsion ‘sur le champs’, soit liée au fait que le directeur
de la BCI ait refusé d’accorder un “prêt” à
Guelleh pour mener sa campagne présidentielle sans risque.

Entre nous, nous félicitons
cette personne, car on comprend trés bien que Guelleh sollicitait un
Crédit pour un motif non valable et en plus qu’il aurait oublié
de le rembourser, estimant que c’était le montant de la participation
française pour son élection.

Manifestement le Quai
d’Orsay est fort embarassé par cette nouvelle affaire d’expulsion qui
intervient aprés la fermeture de l’émetteur de RFI, l’expulsion
de six coopérants français et toutes les déclarations
à la suite de la convocation d’Hassan Saïd et de Djama Grandes
Oreilles par la Justice française.

D’autant plus, qu’il semble
que l’Ambassadeur de France ait été fort mal reçu, lorsqu’il
a tenté une démarche légitime pour protéger le
directeur de la BCI auprès de Guelleh.

La France récolte
désormais les fruits de son soutien abusif à la dictature et
à un dictateur sans foi ni loi qui viole les Droits de l’Homme et qui
asservit la population. Son manque de fermeté et sa complaisance coupable
trouve un remerciement dans l’ingratitude de Guelleh, que beaucoup d’observateurs
qualifient d’anti-français primaire.