30/03/05 (B291) Mille raisons pour ne pas voter pour Ismael Omar Guelleh (le seul candidat à ces élections présidentielles 2005)(Lecteur)

Dans
une démocratie, la presse (écrite, radio, tv, etc..), les législateurs
(tribuneaux etc..), les politiques (gouvernement, les élus (ce qui n’est
pas le cas à djibouti) etc..), les fonctionnaires-par-mérites (ce
qui n’est pas le cas à djibouti), tout ce “hommes” devraient
etre indépendants les un des autres. A Djibouti, on assiste à un
systeme fort et bien centralisé depuis Gouled. Le pouvoir et les décisions
sont controllés à partir de la “Villa-Haramouse” (ranch
de Guelleh). Ce qui est extrêmement dangereux et qui va à l’encontre
de ce que nous raconte ce gouvernement qui essaye de plus en plus difficilement
(il faut le reconnaître !) de nous vendre et de nous montrer que la Démocratie
existe bel et bien à Djibouti.


Ci-dessous quelques autres raisons pour ne pas voter pour Ismael Omar Guelleh:

– La presse
n’est pas libre à Djibouti (adi.dj et Lanation.dj ne parlent que “d’un
Guelleh” qui serait le meilleur du monde)


– Comment expliquer que certains individus promus au rang “d’intellos”
ne parlent que “d’un Guelleh” qui serait le meilleur du monde ?

– Comment se
fait-il que Guelleh n’ait rien dit sur le tribalisme de son premier ministre Dilleita
(Ce dernier ayant déclaré à Jeuneafrique.com en mars 2004,
dans un interview, que Djibouti n’appartenait qu’aux Issa et aux Afar). A l’époque,
beaucoup d’intellectuels (djiboutiennes et djiboutiens) avaient vivement réagi
!!

Certains avaient
même demandé formellement sa démission. Guelleh, encore une
fois, n’a pas écouté les Djiboutiens. Pire, il s’apprête à
maintenir Dilleita (qui ne s’est pas excusé jusqu’à présent)
dans le prochain Cabinet (s’il est réelu – mais y-a-t-il un vrai challenge
démocratique).


– l’affaire des ports de Djibouti et Doralé, de l’aéroport de Djibouti,
et j’en passe, qui sont passés aux mains de Dubai, sans aucune consultation
publique. Dans une démocratie, surtout la veille d’un élection présidentielle,
la transparence est très importante.


– sur l’affaire du “Café de Paris” (où 319 djiboutiens-gadaboursis
ont été sauvagement torturés), Guelleh n’a jamais présenté
d’excuses ni le moindre regret.


– la liste est longue …..


Djiboutiennes et Djiboutiens, ne votez pas pour Guelleh et son équipe,
parce qu’il ne sont pas démocrates.