13/04/05 (B293B) La victoire volée aux Djiboutiens donne des ailes à la dictature, qui mulitplient, comme l’on pouvait s’y attendre : intimidations pour éviter les actions de l’opposition, emprisonnements arbitraires, exécutions sauvages dans le Nord et maintenant rafles au quartier 5. (Lecteur)

Après le 8 avril
2005 :

Selon la presse Djiboutienne, IOG aurait été réelu
pour un autre mandat.

Dans son premier mandat,
IOG a vidé le coffre de l’État, endetté la géneration
futur (des prêts de partout).

Certains Djiboutiens pensaient
qu’apres son deuxieme mandat (2011), IOG partirait.

FAUX, pour lui Djibouti lui appartient à vie. Il se considére
comme le Roi.

Hier, rafles au Quartier
5 et avenue 26 (les Djiboutiens connaissent bien cette avenue qui est située
entre les Q3 et Q5):

On nous signale qu’hier
vers 18 heures, les Policiers ont organisé une rafle gigantesque Avenue
26 et dans certains secteurs du quartier 5.

Ces deux endrois sont
frequentés ou habités majoritairement par des Djiboutiens-Gadaboursis.
C’est certainement l’une des raisons qui a présidé au choix
de ce lieu.

En plus, il faut savoir
que le taux d’abstention a été très élevé
and le Quartier 5. Les hommes et femmes de ce même secteur (Q5) n’ont
pas oublié la torture ni l’humiliation qu’IOG leur a infligé
en 1991 (dans le cadre de l’affaire de “Café de Paris” à
djibouti en Septembre 1991).

Mais au fond, de quelle
abstention pourrait se plaindre le dictateur qui affirme sans rougir qu’il
a reçu près de 80 % de votants dont plus de 94 % pour lui. Cela
ne justifie pas de représailles. Ou alors il est incohérent
(çà, on le sait tous depuis longtemps …) D’un côté
il dit qu’il a reçu un immense succès électoral et de
l’autre ils se vengent des gens qui n’auraient pas voté. Allez comprendre
ce qui se passe dans sa tête. Moi, j’y renonce …

Dans une démocratie,
on n’a pas à imposer la dictature.

Nous les Démocrates,
nous dénonce toutes les pratiques arbitraires.

Relâchez immédiatement
toutes ces femmes et tous ces hommes.