24/09/05 (B317) Trois minutes de silence le 27 septembre en hommage aux victimes de la torture. Je me souviendrai toujours : c’était le 27 septembre 1990, après l’attentat du Café de Paris, lorsque des centaines de Djiboutiens ont été arrêtés et torturés.

Comme vous le savez tous, un grand nombre de Djiboutiens (en majorité issus de l’ethnie Gadaboursi) ont été torturés affreusement par le régime de Gouled – Guelleh.


Ceux qui ont survécu à la torture (affaire de “café de paris” en 1990) sont victimes de cauchemars. Certains vivent à Ottawa, Montréal et Toronto.


Les victimes et les parents des victimes préparent une grande manifestation (trois minutes de silence) le mardi 27 Septembre 2005 dans differents lieux au Canada.


Nous demandons à toutes les Djiboutiennes et à touss les Djiboutiens démocrates, où qu’ils soient à travers le monde, de se rejoindre à nous et de respecter trois minutes de silence, le mardi 27 Septembre en mémoire des morts innocents et des survivants victimes de la folie du régime. C’est un scandale national.


Les futures générations ont le droit de connaître l’histoire de leur pays : l’indépendance, puis les massacres dans le Nord, les victimes innocentes de l’affaire “Café de Paris” etc.., les ravages du tribalisme d’Etat, la dictature à djibouti, les coupables (Gouled, IOG, etc…)


__________________________________________Rappel:

(Amnesty International est intervenue en 1990)


Selon le rapport accablant d’Amnesty International :



    • durant l’année 1990-91, trois cents personnes  (Gadaboursis) appréhendées ont été torturées.
    • A la suite de l’attentat du Café de Paris, trois cents Gadaboursis (Somalis) ont subi les sévices.



Les types de tortures que ces djiboutiens gadaboursis sont aussi dégradants que variés
et des personnes y ont laissé leur vie :



      – l’enfermement dans une cellule inondée,

      – les décharges électriques,

      – les coups reçus après suspension à un mât horizontal (surnommé “la balançoire”),

      – la bouteille pleine attachée aux testicules,

      – la bouteille introduite dans l’anus.




Croyez-moi mes amis, ce qui s’est passé le 27 septembre 1990 était très grave.

J’ai pleuré et vomi lorsque j’ai écrit ces quelques mots.