07/04/06 (B344-B) Condoléances de l’équipe de l’ARDHD aux victimes et aux familles des victimes.

L’équipe de l’ARDHD adresse ses condoléances les plus attristées à toutes les victimes et aux familles des victimes, qui ont perdu des proches dans cette catastrophe maritime dramatique.

Il ne fait aucun doute que le boutre était surchargé. Les chiffres varient selon les sources, mais il y avait au moins deux, voire trois fois plus de passagers, qu’il ne pouvait en emporter. Et en plus il avait chargé une grande quantité de frêt. Connaîtra-t-on d’ailleurs, un jour le nombre exact de victimes ?

Ce désastre ne semble pas lié ni à des conséquences météo ni à un évennement particulier. C’est l’avidité des hommes au pouvoir qui en est la cause.

De plus, il apparaît (nous en saurons plus dans quelques jours) que les services de secours djiboutiens auraient été incapables de réagir dans le délai nécessaire pour sauver des personnes. Les forces françaises seraient intervenues pour pallier la déosrganisation des services nationaux.

Tout cela est la résultante de la corruption et de l’appauvrissement du pays, dont toute l’économie est captée au service de l’enrichissement du couple présidentiel, de leurs proches et de leur entourage et de leurs “obligés”.

Désormais, Guelleh est défintivement discrédité sur la scéne internationale : fraude électorale massive, constatée par tous les observateurs, refus de voter pour un système d’oppression, harcèlement de syndicalistes, expulsion de diplomates.

Cette nouvelle affaire va lui porter un coup très grave. Il est grand temps que les Djiboutiennes et les Djiboutiens se penchent sur son dossier et qu’ils décident unanimement de licencier cette équipe pour faute lourde et sans indemnité. Sinon les morts accidentelles ou organisées volontairement vont se multiplier.

Nous avons une pensée douloureuse pour tous ces malheureux qui ont été blessés ou qui ont péri dans cette catastrophe prévisible depuis longtemps et pour les familles qui pleurent la disparition d’un proche.