19/04/06 (B346-B) ALERTE pour empêcher l’expulsion de la famille d’Abdoulkader Guidar (Dernières infos / Extraits du blog de l’amicale Buisson qui soutient le combat de cette famille)

15 avril à la sous Préfecture

Comme annoncé précédemment, une délégation a été reçue par les services de la sous préfecture, et nous avons pu leur exposer notre point de vue:

L’ASSOCIATION DES PARENTS D’ELEVES DE L’ECOLE F.BUISSON SE MOBILISE ET MOBILISE POUR SOUTENIR LA FAMILLE ABDOULKADER CAR….

Leur retour à Djibouti ne peut être envisagé car il pourrait être catastrophique pour toute la famille:

  • Compte tenu des antécédents du couple
  • De plus, à l’heure actuelle, des syndicalistes sont encore emprisonnés (quatre leaders syndicaux dernièrement) et le 4 avril dernier,on a pu assister à l’arrestation et l”expulsion par les autorités djiboutiennes d’un diplomate de l’Organisation Internationale de Travail (agence dépendant de l’ONU) mandaté pour examiner la situation des syndicalistes dans le pays.

Ils sont présents sur le sol français depuis trois ans et demi:

  • Ce qui correspond à une longue attente pour ces parents dans leurs démarches de régularisation.
  • Ce qui correspond aussi à une vie qui s’est établie en France, notamment pour leurs cinq enfants âgés de 3, 5, 7, 9 et 11 ans.

Ils font preuve d’une bonne intégration dans l’école et dans le quartier:

  • Monsieur Abdoulkader s’investit dans la vie scolaire, participant aux kermesses annuelles organisées par l’école ainsi qu’à l’aide aux devoirs jusqu’à la fin de l’année dernière ( jusqu’à l’entrée au CP de son troisième enfant).
  • Monsieur Abdoulkader fait aussi partie du Comité d’Administration de la Maison de Quartier de Lambézellec.Une rupture du suivi médical de leur deuxième enfant, Boria, âgée de 9 ans, s’avérerait fort préjudiciable pour sa santé:
  • Du fait d’un "vécu traumatique intense" lié à l’histoire de sa famille à Djibouti (incarcération des deux parents, séparation du père en exil en Ethiopie durant cinq années…), depuis près de deux ans (23/04/2004), Boria bénéficie de soins psychothérapiques réguliers au C.M.P.P Jean Charcot.

Selon le médecin qui la suit, le Dr Darras, "le suivi engagé doit impérativement se poursuivre" car "un arrêt brutal remettrait gravement en cause son développement psychique ultérieur".

POUR TOUTES CES RAISONS:

L’Association des Parents d’Elèves de l’école Ferdinand Buisson, et tous ceux qui la soutiennent, demandent aux autorités compétentes de bien vouloir reconsidérer, à titre exceptionnel et humanitaire, leur position vis à vis de cette famille qui, pour nous, doit rester en France.

Nous souhaiterions aussi plus de précisions de la part de ces mêmes autorités sur leur prise en compte du dossier pour le bien-être des parents et de enfants de l’école….

_______________________________________________

13 avril
surprise !!!

Hier nous nous sommes rendus à la préfecture à Quimper pour tenter d’obtenir des réponses, et exposer nos demandes….

Peine perdue, on a juste pris nos pétitions et promis un rendez-vous dans les prochains jours…

Mais ce soir, surprise : la sous préfecture nous joint au téléphone pour nous proposer une entrevue demain à 17 heures à Brest…

Bien sûr , nous y serons…

Avec des demandes bien précises, des questions aussi… il y a plusieurs points sur lesquels on aimerait se faire entendre, à savoir:

  • Le retour à Djibouti serait catastrophique pour les enfants, au moins autant que our leurs parents, ils sont là depuis trois ans, autant dire toute leur vie… L’un d’entre eux n’a d’ailleurs connu que le sol Français!
  • L’un des enfants a besoin d’un suivi médical précis, une interruption du traitement en cours lui serait gravement préjudiciable.
  • La famille est vraiment investie dans la vie de l’école, ainsi que dans celle du quartier… la famille Abdoulkader participe à l’Amicale Laïque, la Maison de quartier, l’aide aux devoirs après l’école….

C’est donc une intégration réussie!

Pour toutes ces raisons nous demandons à ce que la famille Abdoulkader puisse rester en France comme elle en exprime le désir, et c’est ce que nous allons exposer demain à la sous préfecture.

Vous êtes tous conviés à vous y rendre également, pour montrer votre soutien !

Plus il y aura de monde devant les bâtiments de la sous préfecture demain soir, plus les paroles de la délégation reçue auront de chances d’être entendues.

Le goûter de samedi reste toujours bien sûr d’actualité, d’autant plus que nous aurons à répercuter à tout le monde ce qui aura été dit la veille…

Il faudra aussi sans doute prendre des décisions quant à la suite des événements et des actions à conduire…
________________________________________________

12 avril à la préfecture…

Nous nous sommes rendus à la préfecture aujourd’hui, puisque personne ne voulait nous recevoir, on y est allé un peu au culot! on les avait prévenus tout de même…

Et on a été reçu, relativement rapidement, par Monsieur Rannou, chargé du service des étrangers à la préfecture.

Visiblement il connaissait le dossier, c’est déjà ça.

Mais il ne nous a pas appris grand chose de nouveau….

Nous devrions avoir un rendez vous "prochainement", c’est vague….

Le courrier nous fixant ce rendez vous devrait nous parvenir pour la semaine prochaine… Et nous serions reçus alors par le chef de cabinet ou le directeur du service concerné…

Tout ceci au conditionnel, et rien d’écrit bien sûr…

Monsieur Rannou nous a également assuré que d’ici là , la famille Abdoulkader n’a rien à craindre…. Mais toujours oralement bien évidemment

Alors que doit-on croire ? Doit-on se sentir pleinement rassuré, et attendre sereinement le courrier ?

Mais ça on l’a déjà fait la semaine dernière… non?

Subsiste un doute, un gros doute… la peur que les choses traînent en longueur, que la mobilisation ne s’essouffle… la crainte que les services administatifs, bien rompus à tout cela, ne nous fassent juste patienter en attendant qu’il soit trop tard pour pouvoir agir….

Pour ne pas tomber dans le piège de l’attente, il faut continuer à se mobiliser, se rencontrer, échanger et prévoir….

Pour cela, avant une action de plus grande envergure, nous nous préparons à un TROISIEME goûter, (et oui déjà!) samedi 15 avril toujours à 16 heures, toujours à la Rotonde….
____________________________________________