22/04/06 (B347-A) La RTD publie une information sur l’arrestation de 3 rançonneurs qui auraient agressé des transporteurs entre Djibouti et Addis. Faut-il voir en réalité la main de Guelleh derrière ces actes ? (Info et commentaires de Mahamoud Ahmed Idriss, Président du GED)

_____________________________ Extrait de la RTD

Arrestation de 3 bandits spécialisés dans de vol à main armée

(RTD 21/04/2006)




La gendarmerie nationale fait état de l’arrestation d’un groupe de malfaiteurs qui se livrait à des opérations de vol à main armée sur des camionneurs éthiopiens.



Armés de kalachnikov et d’armes blanches, les bandits sévissaient sur la nationale 1 depuis un certain temps. Ils tendaient des embuscades aux convois des camions éthiopiens qui empruntaient le corridor djibouto-éthiopien.



Les 3 bandits ont été arrêtés lors d’une opération de gendarmerie à Dikhil. Une enquête est ouverte sur les attaques des malfaiteurs qui seront traduits en justice.

___________________________ Commentaires du Président du GED

Lorsqui IOG se sent en difficulté, il a toujours recours à des manoeuvres : complot, attentats, pour détourner l’attention et pour tenter de reprendre le contrôle des événements. Encore une fois ??

IOG refuse la contradiction. Lorsqu’il se rend compte qu’il est contesté soit sur le plan intérieur, soit sur le plan extérieur, la colère le gagne et l’envahit ….

Alors, il image des complots artificiels qu’il instigue pour faire des pressions. Cette fois il semble bien que ce soit contre le Gouvernement éthiopien.

On peut prédire que si la pression contre l’Ethiopie ne donne pas le résultat recherché par IOG, il dirigera ses propres agents vers la zone d’où est partie la contestation.

Chaque colére de Guelleh a été accompagnée de sabottages :

  • soit contre le chemin de fer qui relie Djibouti à l’Ethiopie,
  • soit sur le territoire djiboutien ou dans les zones éthiopiennes frontalières, selon le niveau de la gravité de la situation estimé par lui,
  • soit contre la route Djibouti – Ethiopie.

Il suffit, à titre de preuves, de reprendre :

  • la série récente d’explosions qui ont endommagé les rails entre Amboulie et Ali-Sabieh,
  • l’ explosion de deux citernes pétrolières sur la route entre Kalafie et Awash, en région Afar mais sur une portion qui est controllée par les Issas. Il faut savoir que cette route est controllée alternativement par les Afar et les Issas. Les Issas disposent ainsi de la possibilité de provoquer une interruption du trafic routier sur la partie qu’ils controllent, entre deux secteurs sous influence Afar.

Roger Picon

Les opérations de vol a main armée commises contre les camionneurs éthiopiens portent, à mon avis et selon les informations dont je dispose, la signature des agents de la SDS. Ils ont agit sur ordre direct de la Présidence, pour obliger le Gouvernement éthiopien à prendre des mesures draconiennes contre les éléments des oppositions Issas et Afars qui agissent dans leurs régions respectives.

Mais comme il faut démontrer officiellement la volonté djiboutienne d’assurer la sécurité routière entre les deux pays, tel que cela a été exposé lors de la dernière réunion de la commission-mixte Djibouto- Ethiopie, il y a deux semaine a Djibouti, on arrête des boucs émissaires ….

Les 3 bandits arrêtés sont soit des réfugiés éthiopiens, soit des membres ou des sympathisants des partis politiques d’opposition : ils serviront de couverture à l’opération … des vrais faux-bandits “alibi”.

En réalité, les véritables responsables sont des agents de la SDS en service commandé, ce que tous les Djiboutiens savent depuis l’indépendance, le 27 juin 1977.