07/06/06 (B353_B) Courrier des lecteurs : pour libérer sa conscience, un lecteur témoigne d’un meurtre commis au port et il nous assure “de son combat au niveau de la communication, pour rétablir la démocratie en deux ans”. (Lecteur)

_____________________________________ Note de l’ARDHD

Nous publions ce témoignage tel que nous l’avons reçu et sous la responsabilité de son auteur, dont nous protégerons comme toujours l’anonymat.

Notre équipe n’a en effet, pas les moyens d’investiguer sur ces informations ni de les vérifier.

Nous prions nos lecteurs de les lire avec les réserves d’usage, concernant l’exactitude des faits et la présence des hommes mis en cause.

____________________________________________________________

Je vous adresse mon témoignage de façon anonyme pour ne pas risquer les foudres de la SDS. Je vous remercie de le comprendre.

Je suis le père de cinq enfants.

Soumis à un problème de conscience, je ne peux pas garder ce secret qui me pèse et qui concerne le régime actuel.

Un certain Monsieur Ismaïl Roble Imbrahim,  millitaire ex exercice, a disparu pendant la guerre du FRUD. Il était le beau-frère de Monsieur Abdallah domaine, qui travaille au Ministère des Finances.

Ce monsieur était un honnête homme, mais il a eu la malchance de se trouver au mauvais endroit et au mauvais moment, confronté à des gens puissants, c’est-à-dire Monsieur Ismaël Omar Guelleh, son frère, des italiens et MM Ismaël T… , Djama G… et A…, un commerçant saoudien qui servait de contact.

Ces hommes organisaient des trafics illicites entre Djibouti et l’Arabie saoudite. Ils dissimulaient la marchandise (probablement de la Cocaïne pure) dans des machines à laver. On traitait la marchandise entre 3 et 6 h du matin chaque mercredi, dans un dépôt situé au port.

Ismaël Robleh Imbrahim, qui avait été informé de ces mouvements anormaux a voulu savoir ce qui se passait réellement et qu’elles étaient les marchandises traitées sous la supervision de Monsieur Idriss Omar Guelleh.

Dans la nuit, derrière le dépôt du port, il a constaté que toute l’équipe était là, pour vérifier les derniers détails. Il fut surpris et aussitôt éliminé physiquement !

C’était un élément gênant, d’autant plus que l’équipe a très vite su que sa famille était proche du pouvoir : sa soeur travaillait avec Madame la Présidente.

L’affaire se révélant donc fort délicate, Monsieur Zakaria C… M… est arrivé sur les lieux, deux heures plus tard.

Le problème qui se posait à tous ces individus était de trouver un moyen pour faire disparaître le corps sans laisser de traces.

D’autant plus que son absence serait remarquée très rapidement par les militaires qui étaient placés en alerte en raison des combats contre les résistants du FRUD.

Finalement tout s’est bien passé ! S’il on veut !  Sans contact de lui, pendant 30 jours, l’Armée a constaté officiellement la disparition de Monsieur Ismaël Roble Imbrahim.

Je suis soulagé d’avoir raconté cet épisode monstrueux à nos frères djiboutiens.

Que l’âme de notre regretté Ismaël Roble repose en paix et que Dieu lui accorde sa clémence.

Comme vous l’avez compris, je suis djiboutien.

Ce dossier n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qui sont voués à l’oubli, sauf si les témoins s’expriment.

Si j’étais au Gouvernement, je commencerai par demander pardon au peuple djiboutien ! Même Dieu, le tout puissant, pardonne à ceux qui le sollicitent et qui reconnaissent leurs fautes, leurs erreurs ou leurs crimes.

Beaucoup de familles souffrent en silence, surtout les informateurs qui ont peur d’être dénoncés ou reconnus.

Aujourd’hui, je suis au bout du tunnel ! Ma seule lumière ou mon espoir est l’ARDHD.

A l’avance, je remercie cette équipe de publier mon témoignage, même s’il ne représente qu’une goutte d’eau dans cet océan, de crimes, de trafics honteux et de corruption.

Je me suis donné deux ans pour que la Démocratie soit réinstallée.

A la fin de cette échéance, ça aura passé ou ça aura cassé.

Je suis prêt pour continuer le combat sur le plan de l’information et vous recevrez au fur et à mesure de nouvelles informations.

Même si je sais que les sbires du régime vont tenter d’actionner tous les filtres pour éviter que mes informations ne sortent via le NET. Nous savons que tous les e-mails vont être bientôt lus et vérifiés avant envoi. Guelleh a décidé la création d’une cellule informatique spécialement consacrée à cette mission : lire tous nos mails et pratiquer à la fois censure en les empêchant de partir et la sanction en donnant les informations à la SDS et aux Polices politiques.