31/07/06 (B361) Quand un Ministre djiboutien fait une tournée en pays Assajog et qu’il visite des sites “dit industriels et opérationnels”, on peut être assuré que Guelleh a besoin soit de faire parler de lui, soit d’argent frais. Car ces sites “fantômes” n’ont jamais rien produit et qu’ils ne produiront probablement jamais rien de rentable … tant les détournements sont importants (Extrait La Nation – Info lecteur)

_______________________________ Extrait La Nation

Industrialisation en pays Assajog: La preuve par trois
(La Nation (Djib) 24/07/2006)

La cimenterie d’Ali-Sabieh devrait voir le jour d’ici un an au plus tard. L’usine de fabrication de marbre et de pierres de synthèse devrait entamer très prochainement la commercialisation de ses produits sur le marché national. Et l’usine ” Il-Jano”, quant à elle, attend l’installation de sa nouvelle chaîne qui devrait arriver normalement dans le pays d’ici un mois et demi, pour redémarrer.

Diverses leçons sont à tirer de la tournée effectuée le week-end dernier en pays assajog par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Rifki Abdoulkader Bamakhrama : son passage sur les sites des trois unités de production industrielle de la région montre l’importance qu’accorde le gouvernement au décollage économique de cette région enclavée. Le ministre a réservé sa première visite à la cimenterie en construction sur un site à la sortie de la ville d’Ali-Sabieh, où il s’est rendu compte de l’évolution des travaux. Et ce sous la conduite de l’ingénieur en chef chargé de mener ce projet à terme.

Le ministre n’a manqué non plus de faire un détour par l’usine d’eau minérale d’Il Jano avant d’achever sa tournée en se rendant à l’usine de fabrication de marbre et de pierres de synthèse, cette dernière devrait entamer prochainement la commercialisation de ses produits sur le marché national dans une première étape.

Dans une déclaration faite à la presse, il a indiqué que cette visite avait pour objectif de faire le point sur la situation prévalant dans les trois unités de production industrielle. C’est-à-dire : constater de visu la bonne marche des travaux d’une part, et procéder à l’installation du nouv u directeur de l’usine de marbre et de pierres de synthèse. A ce propos, la S.I.E.M.A.S attend le renouvellement de l’ensemble de la chaîne de production d’eau minérale et l’installation d’une nouvelle chaîne dont l’arrivée est prévue normalement dans le pays d’ici un mois et demi et le montage fixé au courant des mois de septembre – octobre 2006.

Quant au troisième site industriel qu’est la cimenterie, il y a lieu de souligner que le chantier est en place et que les différents périmètres de construction ont été délimités.

Sur ce site se dresseront bientôt 21 blocs de bâtiments.

Le ministre a ajouté que la ville d’Ali-Sabieh peut s’enorgueillir d’abriter non seulement ces nouveaux bâtiments mais aussi la fabrication de ciment. D’autant plus que le ciment est, a-t-il précisé, devenu une matière rare dans le monde entier de nos jours.

Bref, le démarrage des activités de cette dernière unité industrielle dopera la croissance économique de la région Assajog en particulier et de la République de Djibouti par voie de conséquence.

________________________________ Note d’un lecteur.

POUDRE AUX YEUX

Des promesses, des promesses, mais toujours aucune production à l’horizon ! Le Ministre a visité des sites fantômes, ce que savent tous les Djiboutiens. On n’arrête pas de parler de la prochaine production, de nouvelles chaînes pour redémarrer (ce qui sous-entend bien sur que les anciennes chaînes n’ont jamais produit …) etc…

Bref, tout cela, comme l’a souligné le site du GED, à plusieurs reprises, n’est que de la poudre aux yeux, car je vous parie mon salaire mensuel, que l’année prochaine, la situation sera identique.

Comment voulez-vous que cela marche ?

– l’encadrement est insuffisant et mal formé,
– les détournements de fonds affectent directement la qualité des équipements et surtout leur maintenance,
– il n’y a aucune volonté de mener ces projets à bien,
– pire encore, ces projets sont souvent en compétition avec des importateurs qui ne les encouragent pas ; au contraire, ils usent de leur influence, dans certains cas, pour les saboter,

Alors Monsieur le Ministre, cesse de te moquer de nous. Va raconter tes salades ailleurs, mais pas en pays Assajog, parce que nous connaissons la vérité et l’état d’avancement de vos projets bidon. L’année prochaine, tout sera beau, tout marchera et on aura des sites rentables : tu rigoles ou quoi ?

Mais Guelleh va te féliciter pour cela et il te donnera certainement ta part, prélevée sur les montants qu’il a détournés à partir des subventions prévues (au départ) pour financer des projets viables, mais qui ne le seront jamais….

C’est pitoyable et consternant et désobligeant pour nous, qui serions directement concernés par la réussite de ces projets industriels. Mais heureusement, nous avons cessé d’être naïfs …. et nous ne contribuerons pas à la réussite … de la communication odieuse de Guelleh.