21/11/06 (B370) Dans l’ADI, les autorités djiboutiennes rejettent toute aide apportée aux Tribunaux islamiques.

Note
de l’ARDHD : on sait que Guelleh utilise le mensonge en permanence. C’est
comme le meurtre du Juge Borrel où récemment encore, il voulait
nous faire croire à un suicide en dépit de toutes les preuves
!!!

Djibouti
dément énergiquement les allégations erronées
contenues dans le rapport du “monitoring group on Somalia”

DJIBOUTI (ADI) – 19 Nov 2006- Le Chef de la diplomatie djiboutienne
a, dans un communiqué publié dimanche, réfuté
énergiquement les assertions “totalement fallacieuses et sans
fondements” contenues dans le dernier rapport du “monitoring group
on Somalia”, selon lesquelles Djibouti fournirait un soutien à
l’union des Tribunaux islamiques en Somalie. Lire ci-après l’intégralité
du communiqué :

“Suite
au dernier rapport du “monitoring group on Somalia” sur les présumés
violations de l’embargo sur les armes établi par la résolution
733 (1992), la République de Djibouti tient à informer la présidence
du Conseil de Sécurité qu’elle dément énergiquement
les accusations totalement fallacieuses et sans fondement contenues dans ce
rapport.

Ceci est
d’autant inadmissible, que la République de Djibouti a toujours
collaboré avec le “monitoring group on Somalia” avec transparence,
en répondant à l’ensemble de ses correspondances avec
toutes les précisions requises, afin d’éviter toute ambiguïté
qui pourrait conduire à des interprétations erronées
ou de malheureuses inexactitudes.

Ceci malheureusement
n’est pas le cas, puisque le “monitoring group on Somalia”
évitant de vérifier l’évidence et l’authenticité
des éléments d’informations et les détails techniques
fournis, a préféré privilégier les rumeurs et
les suppositions en développant des contrevérités absolument
insensées.

Cette
approche de toute évidence invalide la méthodologie employée
et altère sensiblement l’intégrité du “monitoring
group on Somalia”.

Pour répondre
clairement aux allégations de cette institution, faisant état
d’une “livraison d’uniformes et des médicaments, le
30 juillet 2006, destiné à l’ICU par la compagnie Djibouti
Airlines”, il serait plus impliqué, par souci de simplicité
et de vérité, de se référer aux correspondances
explicites, qui se trouvent en annexe I et II du rapport, et dont l’authenticité
est aisément vérifiable.

Dans ces
documents, il est clairement mis en évidence que :
1. la compagnie Djibouti Airlines n’a jamais été affrétée
par la société Crossant Rouge de Djibouti et qu’elle n’a
jamais opéré à Mogadishu le 30 juillet 2006.

2. Deux
vols de la compagnie Dallo Airlines, à caractère strictement
humanitaire ont été effectivement loués par le CICR à
la demande du Croissant Rouge de Djibouti et le croissant Rouge Somali le
18 mai et le 20 juin 2006.

Le bureau
logistique du comité international de la Croix Rouge a réceptionné
la cargaison en présence des responsables des hôpitaux de Mogadiscio.

Il est
également important de souligner que cette opération a été
réalisée avec le concours financier de la délégation
régionale du CICR à Nairobi.

Ces livraison
contenaient exclusivement des médicaments destinés aux victimes
des conflits sanglant qui a commencé à secouer Mogadiscio dès
février 2006 “en faisant des centaines des morts et forçant
des milliers de personnes à fuir leurs foyers aggravant encore une
situation humanitaire déjà terrible” comme le décrit
le Secrétaire général des Nations Unies dans son rapport
au Conseil de Sécurité, sur la situation en somalie, le 23 octobre
2006.

3. Les
deux vols n’ont jamais atterri à l’aéroport de Mogadiscio
qui était fermée à ces dates mais au “Kilomètre
50” dans le Lower Shebelle (Merka).

J’espère
que ces informations dont les détails techniques sont à tout
moment vérifiables permettront de restaurer la vérité
et aider les membres du Conseil de Sécurité à mieux appréhender
la réalité des faits.

En tout
état de cause, il est clairement admis par tous les observateurs peu
ou prou impliqués dans la résolution de la crise en Somalie,
que la République de Djibouti a toujours manifesté, sans la
moindre ambiguïté, son attachement à la promotion de la
réconciliation et de la paix par le dialogue et le consensus politique
et qu’elle s’est toujours opposée à toutes les politiques
hasardeuses destinées à plonger la Somalie dans le chaos et
les guerres intestines interminables.

De ce
fait, nous osons croire, que le principe de l’exagération, les
raccourcis tendancieux qui semblent caractériser ce document ne dissimulent
pas des objectifs et des intérêts politiques exogènes,
visant à valider in fine la levée de l’embargo et l’envoi
d’une force régionale en somalie.

Si tel
est le cas, c’est l’intégrité et la neutralité
du “monitoring group on Somalia” qui risquent d’être
remises en cause”.