26/12/06 (B375) REUTERS : Les islamistes en lutte contre le gouvernement somalien appuyé par l’Ethiopie sont soutenus par 8.000 combattants étrangers.

par
Andrew Cawthorne

NAIROBI
(Reuters) – Les islamistes en lutte contre le gouvernement somalien appuyé
par l’Ethiopie sont soutenus par 8.000 combattants étrangers, mais
ils ne prendront jamais Baïdoa, a affirmé dans une interview à
Reuters le Premier ministre somalien Ali Mohamed Gedi.

“J’ai
confiance. Nous sommes suffisamment fort d’un point de vue militaire pour
faire face à toute invasion, à toute attaque des terroristes
des soi-disant Tribunaux islamiques”, a-t-il dit dimanche soir par téléphone
depuis Baïdoa, ville où est retranché son gouvernement
et que tentent d’encercler les combattants de l’Union des tribunaux islamiques
(UTI).

Après
une semaine de violents combats entre forces gouvernementales et islamistes,
Gedi a prédit la victoire des premières, en affirmant qu’elles
avaient infligé une défaite majeure à l’UTI dimanche
près de la ville de Dinsoor.

Dimanche,
l’Ethiopie a pour la première fois reconnu publiquement qu’elle était
intervenue en Somalie pour soutenir le gouvernement.

“Nous
allons, c’est certain, rester à Baïdoa. Si nous bougeons, ce sera
pour aller à Mogadiscio”, a-t-il dit.

“Quand
nous les aurons battu, ils s’enfuiront, et nous pourrons aller à Mogadiscio,
où la population nous attend.”

Au grand
dam du gouvernement qui tente de rétablir l’ordre en Somalie, 15 ans
après la chute du dictateur Mohamed Siad Barré, les islamistes
ont pris la capitale en juin, en même temps qu’une partie importante
du Sud du pays.

DRAPEAU
AFGHAN

Gedi
a affirmé que des combattants étrangers affluaient pour appuyer
les islamistes, ce qui confirme selon lui que ces derniers sont dirigés
par des terroristes.

“Leur
nombre a doublé ces dernières semaines et est passé à
environ 8.000”, a-t-il expliqué. “Rien que dans la zone de
Dinsoor dimanche, où ont eu lieu les combats les plus violents à
ce stade, il y avait plus de 4.000 combattants étrangers.”

Gedi,
chirurgien vétérinaire de profession, a affirmé que le
gouvernement était en possession de photos des cadavres de trois combattants
arabes et qu’un drapeau afghan avait été trouvé sur le
champ de bataille.

“La
présence de terroristes internationaux fait de cette crise une crise
mondiale”, a-t-il dit. “Ces gens ne veulent prendre le pouvoir qu’en
faisant couler le sang.”

Selon
lui, des “centaines” d’islamistes ont été tués
dans les combats. L’UTI affirme également que des centaines de soldats
gouvernementaux ont péri, ce qui n’a pas pu être vérifié
de source indépendante.

Gedi
a exprimé sa reconnaissance pour le soutien apporté par l’Ethiopie.

Le Premier
ministre éthiopien Meles Zenawi a affirmé dimanche que son pays
avait été “contraint” d’entrer en guerre en Somalie
contre les islamistes pour protéger sa souveraineté.

Lundi,
des chasseurs éthiopiens ont bombardé la zone de l’aéroport
international de Mogadiscio, blessant une personne, selon un responsable de
l’aéroport.

Gedi a
expliqué que l’intervention éthiopienne était la conséquence
de l’infiltration de combattants islamistes en territoire éthiopien.