06/03/07 (B385-A) Dégradation de la situation des droits en Ethiopie et en Erythrée – Communiqué du Conseil Oecuménique des Eglises (Info lectrice)

Type : Communiqué
de presse
Emetteur: Conseil Oecuménique des Eglises

Le Comité exécutif du Conseil Oecuménique des Eglises
(COE) a fait part de ses préoccupations concernant “la dégradation
de la situation des droits de la personne en Ethiopie et en Erythrée”,
tout en poussant à la constitution d’un “comité mixte islamo-chrétien
pour la paix en Somalie”.

Dans une déclaration à propos de la situation dans
la Corne de l’Afrique, adoptée lors de sa session de Bossey, près
de Genève, du 27 février au 2 mars, l’instance dirigeante du
COE l’a qualifiée de “région la plus troublée de
tout le continent” et a fait part de ses “préoccupations
de plus en plus vives” concernant “l’évolution de la situation
dans cette région d’une importance stratégique”.

Le Comité demande à la communauté internationale
de “porter une attention toute particulière à la Somalie
et à la Corne de l’Afrique dans leur ensemble”.
La “crise
actuelle” dans cette région, peut-on lire dans le communiqué,
présente de nombreux enjeux qui doivent être relevés par
la communauté internationale, et notamment par le Conseil de sécurité
de l’ONU, l’Union africaine, [les sept pays de la régions constituant]
l’Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD)
et la Ligue des Etats arabes.”

La déclaration appelle les gouvernements
éthiopien et érythréen à “favoriser le dialogue
avec les partis d’opposition en vue d’instituer la démocratie, les
droits de la personne et l’état de droit”.
Elle
rappelle que l’ONU et les pays donateurs doivent bien faire comprendre à
ces gouvernements qu’il importe de “s’investir à nouveau dans
des efforts tendant à résoudre leur ancien conflit frontalier
de façon pacifique et à l’amiable”.

L’organe directeur du COE salue les efforts accomplis par “les communautés
religieuses d’Ethiopie, d’Erythrée et de la communion oecuménique”
en vue de trouver une solution au conflit frontalier opposant ces deux pays.
Il rend également hommage aux Eglises et à leurs agences pour
leur “témoignage et la façon dont elles ont répondu
à la crise” dans cette région.

La déclaration ajoute que, en collaboration avec la Conférence
des Eglises de toute l’Afrique, le COE est invité à “encourager
et à faciliter la création d’un comité mixte islamo-chrétien
pour la paix en Somalie”.

“Il n’est sans doute pas exact de réduire ce conflit à
l’opposition entre une Somalie ‘islamique’ et une Ethiopie ‘chrétienne’,
ajoute la déclaration, mais ce supplément religieux constitue
un appel adressé aux deux parties pour qu’elles obtienne l’appui et
la faveur des groupes musulmans et chrétiens dans et hors de la région”.

Le Comité exécutif du COE “appelle à soutenir les
populations somaliennes déplacées à la suite de ce conflit,
qui ont un grand besoin d’assistance humanitaire et de sécurité”.
Il rend hommage à ACT International (Action commune des Eglises) pour
l’aide que cet organisme leur apporte, ainsi qu’au gouvernement fédéral
de transition de Somalie pour les “efforts accomplis en vue de mettre
des services à la disposition de la population somalienne et d’établir
les institutions nécessaires”.

En ce qui concerne une Mission de promotion de la paix en Somalie, qui a le
soutien de l’Union africaine et du Conseil de sécurité de l’ONU,
et qui devrait réunir 8.000 hommes dans ce pays, l’organe directeur
du COE a exprimé “sa gratitude pour les engagements de troupes
qui ont déjà été faits”. Il appelle également
“d’autres pays africains à s’engager dans la même voie”.

Le texte intégral de cette déclaration est disponible en anglais
sur : http://www.oikoumene.org/index.php?id=3172&L=3