09/03/07 (B385-B) REUTERS : La force ougandaise en Somalie déplore ses premiers blessés et essuie les plâtres. (2 dépêches – Info lectrice)

1
– REUTERS

MOGADISCIO (Reuters) – Deux soldats ougandais de la force de paix de l’Union
africaine (UA) en Somalie ont été blessés mercredi soir
dans une embuscade à Mogadiscio.

Il s’agit des premiers blessés du contingent ougandais depuis
son arrivée dans la capitale soudanaise mardi.

“Nous avons deux blessés légers”, a déclaré
le capitaine Paddy Ankunda, porte-parole de la force de l’UA. “Nous avons
tiré en l’air pour leur faire peur et c’est comme cela que nous nous
en sommes sortis.”

“Nous n’allons prendre aucune décision précipitée.
Nous ne sommes pas là pour imposer nos vues aux Somaliens”, a-t-il
ajouté.

Les premiers détachements ougandais sont arrivés la semaine
dernière à Baïdoa. D’autres les ont suivis au début
de cette semaine à Mogadiscio.

Ces troupes constituent les premiers éléments d’une force de
paix africaine qui doit aider à rétablir l’ordre en Somalie.

______________

2 – REUTERS

La force ougandaise de
l’UA essuie les plâtres en Somalie

MOGADISCIO (Reuters) – Pour la seconde journée consécutive,
l’avant-garde ougandaise de la force de maintien de la paix de l’Union africaine
(UA) en Somalie a été prise pour cible jeudi par des activistes
armés que l’on présume liés à l’éphémère
régime islamiste chassé de Mogadiscio en décembre.

Une roquette tirée dans la matinée par ces insurgés
contre un véhicule ougandais circulant dans la capitale a raté
sa cible et atterri sur une restaurant, tuant neuf civils et déclenchant
une fusillade qui a fait deux autres morts.

“Nous avons eu deux blessés légers. Nous avons tiré
en l’air pour leur faire peur et c’est comme cela que nous nous en sommes
sortis”, a déclaré le capitaine Paddy Ankunda, porte-parole
de la force de l’UA.

Il s’agit des premiers blessés au sein des 700 hommes du contingent
ougandais, arrivé mardi dans la capitale somalienne, où il doit
être ultérieurement rejoint par des militaires du Nigeria, du
Ghana, du Malawi et du Burundi.

A terme, la force de l’UA doit compter 8.000 hommes, mais les Etats africains
sollicités n’en ont promis pour le moment que la moitié et il
reste à voir si les premières escarmouches impliquant l’avant-garde
ougandaise ne vont pas les inciter à encore plus de parcimonie.

“PAS DE DECISION PRECIPITEE”

Mercredi, des tirs de mortier avaient déjà visé
les soldats de Kampala qui venaient d’installer leur campement près
de l’aéroport de Mogadiscio, faisant un mort et quatre blessés.
Les militaires ougandais n’avaient pas subi de pertes.

La force de l’UA doit se substituer à l’armée éthiopienne
qui a entrepris en janvier de se retirer de Somalie après y être
intervenue en 2006 pour aider le gouvernement internationalement reconnu à
chasser les islamistes de Mogadiscio.

L’accueil reçu par l’avant-garde ougandaise
de l’UA ravive le souvenir de l’échec de la force de paix américano-onusienne,
contrainte de plier bagage en 1995 sous les coups de boutoir des milices armées
qui faisaient la loi à Mogadiscio.

“Nous n’allons prendre aucune décision précipitée.
Nous ne sommes pas là pour imposer nos vues aux Somaliens”, a
déclaré le capitale Ankunda. Les islamistes avaient à
l’avance annoncé qu’ils prendraient l’UA pour cible, comme ils se sont
attaqués ces deux derniers mois aux forces éthiopiennes.

La force de l’UA, dont le financement, l’entraînement et l’équipement
laissent à désirer, comme au Darfour, est censée aider
le régime transitoire du président Abdoullahi Youssouf à
imposer sa fragile autorité à un pays livré à
l’anarchie depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barre en 1991.

_________________________

3 – AP Au moins dix civils tués
dans une embuscade tendue à des soldats de l’UA en Somalie, selon des
témoins

MOGADISCIO (AP) – Une attaque à la grenade et des tirs visant
des soldats de l’Union africaine ont coûté la vie à au
moins dix civils et blessé deux militaires de l’UA à Mogadiscio,
ont rapporté jeudi des témoins, alors qu’un dirigeant de la
milice islamiste radicale qui contrôlait la capitale somalienne jusqu’à
décembre a appelé les habitants à lutter contre tous
les “incroyants”.

Les soldats de l’UA ont été attaqués mercredi
soir à un carrefour de Mogadiscio. Moustaf Farah, un restaurateur témoin
de l’attaque, a expliqué qu’il avait entendu une explosion tandis que
passaient trois véhicules transportant des militaires de l’UA, avant
que n’éclatent des coups de feu.

Les quelque 800
soldats en provenance d’Ouganda forment l’avant-garde d’une force plus importante
autorisée par les Nations unies pour aider le gouvernement à
asseoir son autorité. Le gouvernement, soutenu par les troupes éthiopiennes,
a réussi à avoir le dessus sur les radicaux des Tribunaux islamiques
qui contrôlaient la capitale fin décembre, mais peine à
en conserver le contrôle.

Des insurgés, qui feraient partie du Conseil des tribunaux
islamiques, ont organisé pratiquement chaque jour des attaques contre
le gouvernement, les forces armées somaliennes ou l’armée éthiopienne.

Aden Hashi Ayro, commandant militaire des Tribunaux islamiques, a appelé
les Somaliens à s’en prendre aux soldats étrangers, selon un
message mis en ligne mercredi soir sur Internet. “Il est temps pour les
jeunes Somaliens de lutter contre l’occupation de l’Ethiopie ou d’autres”,
a-t-il lancé. “Les musulmans ne
se rendront pas aux incroyants”.

AP