11/04/07 (B390) AFRIKLIVE (avec AFP) Le vice-Premier ministre somalien demande le retrait de l’armée éthiopienne

Le
vice-Premier ministre somalien, Hussein Aidid, a demandé le retrait
des troupes éthiopiennes qui appuient le gouvernement somalien, ajoutant
craindre que la Somalie “ne devienne un autre Irak”, dans un entretien
diffusé dimanche soir à Asmara par la télévision
érythréenne.

Des soldats éthiopiens quittent le palais présidentiel à
Mogadiscio le 21 mars 2007 “Les troupes éthiopiennes doivent quitter
le territoire somalien pour laisser les Somaliens décider eux-mêmes
de leur destin”, a déclaré M. Aidid, qui se trouve actuellement
comme d’autres responsables somaliens en Erythrée, pays hostile à
l’intervention militaire d’Addis Abeba en Somalie.

Le vice-Premier ministre a ajouté craindre que la Somalie ne “devienne
un autre Irak”, à l’issue d’un entretien avec le président
érythréen Issaias Afeworki.

De son côté, le chef de l’Etat érythréen a réaffirmé
que toute intervention de forces étrangères en Somalie complique
la recherche d’une solution politique dans un pays en guerre civile depuis
1991.

“Aussi longtemps que la foi musulmane facilite la reconstitution et l’unité
de la Somalie, pourquoi devrait-elle être une cible?”, s’est interrogé
M. Issaias, cité dans un communiqué mis en ligne sur le site
du ministère érythréen de l’Information.

Le numéro 2 des tribunaux islamiques somaliens, cheikh Sharif Sheikh
Ahmed, se trouve actuellement en Erythrée, avait indiqué vendredi
le gouvernement érythréen.

Cheikh
Sharif Sheikh Ahmed avait été interpellé en janvier au
Kenya après la déroute militaire des milices des tribunaux islamiques
face à l’offensive de l’armée éthiopienne qui soutient
le gouvernement somalien de transition. Libéré, il s’était
d’abord rendu au Yémen.

L’Erythrée,
qui entretient des relations extrêmement tendues avec l’Ethiopie depuis
qu’une guerre frontalière a opposé les deux pays voisins de
1998 à 2000, a apporté son soutien aux dirigeants des tribunaux
islamiques.

Source
: AFP