23/04/07 (B392-B) L’AFP confirme la libération de huit otages éthiopiens (accompagnateurs des touristes européens libérés en Erythrée, après plusieurs jours de détention), dont on était sans nouvelle et pour lesquels, la communauté nourissait beaucoup d’inquiétude.

ADDIS
ABEBA (AFP) – Ethiopie: libération de 8 Ethiopiens kidnappés
en même temps que des touristes.

Huit Ethiopiens kidnappés dans le nord-est de l’Ethiopie depuis le
1er mars, en même temps que cinq Européens qui avaient ensuite
été relâchés, ont été libérés
dimanche, a annoncé le porte-parole du ministère éthiopien
de l’Information.

“Ils ont été libérés aujourd’hui (dimanche);
ils se trouvent toujours dans la zone frontalière entre l’Erythrée
et l’Ethiopie”, a indiqué Zemedkum Tekle, porte-parole du ministère
de l’Information.

“Ils devraient faire une déclaration très bientôt”,
a-t-il ajouté.

Le 1er mars, cinq touristes européens (trois Britanniques, une Française
et une Italo-Britannique) et une dizaine d’Ethiopiens avaient été
kidnappés dans le nord-est de l’Ethiopie, non loin de l’Erythrée.
Les Européens avaient ensuite été libérés
en Erythrée le 13 mars mais les huit Ethiopiens étaient toujours
retenus.

Une rébellion afar anti-éthiopienne, le Front révolutionnaire
afar démocratique pour l’unité (Arduf), avait revendiqué
ces enlèvements.

L’Arduf, créé en 1993, est un groupe armé autonomiste
qui s’oppose à la division du peuple afar entre l’Erythrée,
l’Ethiopie et Djibouti.

Les autorités érythréennes, qui entretiennent des relations
très tendues avec leur voisin éthiopien, notamment depuis leur
guerre frontalière (1998-2000), avaient accusé le 13 mars l’Arduf
d’avoir kidnappé les cinq Européens.

En 2003, un accord a été conclu entre l’Arduf et Addis Abeba.
Mais une faction dissidente, généralement baptisée Ugugmu
(“révolution” en langue afar), est toujours active.