02/05/07 (B393) ROMANDIE NEWS (avec AFP) Somalie: des troupes de la force de paix patrouillent dans Mogadiscio

MOGADISCIO
– Des troupes de la force de paix en Somalie ont patrouillé mardi dans
le nord de Mogadiscio pour la première fois depuis la fin des récents
combats, afin d’y restaurer la sécurité en vue notamment du
retour des travailleurs humanitaires, a constaté un journaliste de
l’AFP.

Un convoi formé de plus de 20 camions a patrouillé mardi dans
le nord de la capitale somalienne pour constater les dégâts causés
par les affrontements entre l’armée éthiopienne, alliée
au gouvernement somalien, et les insurgés, dont des miliciens islamistes.

Cette vaste offensive de l’armée éthiopienne, lancée
le 17 avril, a permis de prendre le 26 avril les principaux bastions des insurgés
dans le nord de Mogadiscio.

“C’est notre mandat d’assurer la sécurité pour les travailleurs
humanitaires qui viendront à Mogadiscio”, a déclaré
mardi à l’AFP le capitaine ougandais Paddy Ankunda, porte-parole de
la force africaine de paix en Somalie (Amisom).

“Ces gens ont un besoin urgent d’aide médicale, et notre compagnie
en charge du médical a été submergée”, a-t-il
précisé.

La Somalie est en effet menacée à
court terme par un désastre humanitaire.

L’Ouganda fournit la totalité des troupes de
la force de paix de l’Union africaine (UA) actuellement déployées
en Somalie, soit quelque 1.500 soldats.

L’Amisom, qui doit compter à terme 8.000 hommes, doit prendre
progressivement le relais de l’armée éthiopienne, mais jusqu’ici
aucun autre pays membre de l’UA n’a encore envoyé de troupes pour rejoindre
les soldats ougandais.

“Il n’y aucun doute qu’ils nous déçoivent, mais
nous avons eu des assurances qu’ils viendront”, a commenté mardi
le capitaine, sans avancer de date.

Pour le cinquième jour consécutif de calme dans Mogadiscio,
après les combats très violents de la semaine dernière,
des centaines d’habitants continuaient à rentrer chez eux mardi.

Jusqu’à 400.000 personnes ont fui Mogadiscio depuis février
et quelque 300.000 autres sont déplacées à l’intérieur
de la ville, selon l’ONU.

Selon une organisation somalienne des droits de l’Homme, au moins 800 personnes
– en majorité des civils – ont été tuées lors
de deux offensives en mars et avril de l’armée éthiopienne dans
la capitale.

L’armée éthiopienne est intervenue officiellement en Somalie
fin 2006 pour déloger les tribunaux islamiques, qui contrôlaient
plusieurs régions du pays.