02/06/07 (B398) Somalie : l’armée américaine a bombardé une zone côtière du nord-est (Info lectrice)

Par Mustafa
HAJI ABDINUR

MOGADISCIO (AFP) – Un navire de l’armée américaine a bombardé
dans la nuit de vendredi à samedi une zone côtière du
nord-est de la Somalie après des accrochages entre de présumés
combattants islamistes et étrangers et troupes de la région
semi-autonome du Puntland, selon des sources concordantes.

Les bombardements ont visé des cibles près de la ville côtière
de Bargal, située à environ 1.250 km au nord-est de Mogadiscio,
selon ces sources.

Aucun bilan sur d’éventuelles victimes n’était disponible dans
l’immédiat.

“Nos forces ont combattu des combattants islamistes, dont des combattants
étrangers liés à Al-Qaïda. Après les affrontements,
un navire de l’armée américaine a bombardé trois cibles
dans les environs de Bargal dans une région montagneuse”, a déclaré
samedi à l’AFP un responsable militaire du Puntland (nord-est de la
Somalie), joint depuis Mogadiscio.

“Les troupes du Puntland sont toujours à la poursuite de combattants
islamistes dans cette région montagneuse”, a-t-il ajouté.

De son côté, un habitant et homme d’affaires, Mohamoud Salah,
a confirmé à l’AFP qu’un navire de l’armée américaine
avait “bombardé plusieurs cibles dans les environs de Bargal dans
la nuit”.

“Ils ont lâché des bombes qui ont détruit
ces zones quelques minutes après des accrochages entre des forces islamistes
et les forces armées du Puntland”, a-t-il dit, ajoutant que les
bombardements ont duré “environ trois heures”.

Selon le responsable militaire du Puntland – région autoproclamée
autonome du nord-est de la Somalie- ces bombardements sont intervenus trois
jours après l’annonce par les autorités locales de l’arrivée
de combattants islamistes et étrangers d’origine arabe à Bargal,
située sur la côte de l’océan Indien.

Les autorités du Puntland avaient affirmé mercredi avoir abattu
deux combattants étrangers d’origine arabe alors qu’ils se trouvaient
à Bargal, accompagnés de miliciens somaliens.

Selon ces autorités, un groupe de ces combattants, lourdement armés,
était arrivé récemment dans la localité, où
des troupes ont été envoyées en renfort.

Le président du Puntland, Adde Mussa, a affirmé samedi que des
membres d’Al-Qaïda se trouvent en Somalie, pays en guerre civile depuis
1991.

“Et maintenant, ils se sont rendus vers le nord de la Somalie pour mener
des combats terroristes”, a-t-il déclaré sur la radio somalienne
Shabelle.

En janvier, l’aviation américaine avait mené au moins deux raids
dans le sud de la Somalie contre des membres présumés d’Al-Qaïda.

Des chefs coutumiers de la zone ont affirmé
qu’au moins 100 personnes avaient été tuées dans ces
raids.

En février, le New York Times, citant des responsables
américains sous couvert d’anonymat, avait affirmé que des commandos
américains avaient mené des opérations au sol dans le
sud de la Somalie, depuis des bases secrètes en Ethiopie et au Kenya
voisins, pour lutter contre Al-Qaïda.

D’après ces responsables américains, ces opérations n’avaient
pas permis de capturer ou neutraliser trois responsables d’Al-Qaïda accusés
d’avoir organisé les attentats contre les ambassades américaines
à Nairobi et Dar es-Salaam en 1998, qui avaient fait 224 morts.

Fin décembre 2006, les tribunaux islamiques somaliens avaient été
défaits lors d’une vaste offensive de l’armée éthiopienne
alliée aux troupes somaliennes.

Depuis la chute des tribunaux, d’intenses combats ont opposé à
Mogadiscio l’armée éthiopienne à des insurgés
– dans les rangs desquels figurent des miliciens islamistes – notamment lors
de deux offensives de l’armée d’Addis Abeba en mars et avril.