10/06/07 (B399) RUE89 / (Rappel pour ceux qui ne s’en souviendrait pas) Affaire Borrel: le communiqué du Quai d’Orsay de janvier 2005, qui est au centre de la polémique Par David Servenay (Rue89) (Info lectrice)

Point de presse
du 31 janvier 2005 d’Hervé Ladsous, porte-parole du ministère
des Affaires étrangères

2 – FRANCE/DJIBOUTI

Je vous rappelle notre déclaration du samedi 29 janvier:

“La France prend note avec regret de la décision des autorités
djiboutiennes de mettre un terme à la mission à Djibouti
de six assistants techniques français.

Ces assistants contribuaient à des secteurs importants (santé,
éducation, sécurité publique, développement
rural) du développement économique et social de Djibouti.

La France reste attachée, plus que jamais, à entretenir
une coopération forte en total partenariat avec Djibouti qui est
un pays ami.

Une information
judiciaire relative au décès du juge Bernard Borrel est
actuellement en cours auprès du Tribunal de Grande instance de
Paris, suite à la plainte déposée par sa veuve.

Contrairement aux affirmations avancées par divers organes de presse,
il n’y a jamais eu d’information judiciaire relative à cette affaire
ouverte par des autorités djiboutiennes. L’enquête en cours
relève de la seule compétence du juge d’instruction français.

La France souligne à cet égard
l’excellente coopération des autorités et de la justice
djiboutiennes, qui ont toujours fait preuve de toute la transparence nécessaire
au bon déroulement de l’instruction en France.

Les magistrats français qui se sont rendus à plusieurs reprises
à Djibouti, dans le cadre de commissions rogatoires internationales,
ont toujours bénéficié de l’entière collaboration
des autorités djiboutiennes, qui leur ont assuré l’accès
aux lieux, aux documents et aux témoignages nécessaires.

Dans le cadre
de l’enquête en cours, des documents classifiés “secret-défense”
ont fait l’objet de plusieurs décisions de déclassification.
Contrairement à ce qui a pu être écrit encore récemment
dans certains journaux, rien, dans ces documents, ne permet de conclure
à la mise en cause des autorités Djiboutiennes.

A
la demande de ces mêmes autorités, une copie du dossier relatif
au décès du juge Borrel sera prochainement transmise à
la justice djiboutienne en vue de permettre aux autorités compétentes
de ce pays de décider s’il y a lieu d’ouvrir une information judiciaire
à ce sujet.”