21/08/07 (B409) AP / BBC – Le Conseil de Sécurité autorise son Secrétaire Général à envisager le déploiement de casques bleus en Somalie, pour remplacer les forces de l’AMISOM. (Deux dépêches en Français et en Anglais) (Info lecteur + commentaire ARDHD)

_______________________________________ 1 AP (En Français)

Somalie: le Conseil de sécurité demande à Ban Ki-moon d’autoriser le déploiement pour six mois de casques bleus.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé lundi à son secrétaire général, le Sud-Coréen Ban Ki-moon, d’entamer la procédure autorisant un possible déploiement pour six mois de casques bleus en Somalie en remplacement de la force de l’Union africaine chargée depuis février dernier de stabiliser et sécuriser le pays.

Cette initiative entre dans le cadre d’une résolution adoptée à l’unanimité par le Conseil qui proroge de six mois le mandat confié à la force de l’UA et appelle les Etats africains à contribuer à cette force.

En février dernier, le Conseil de sécurité avait appelé les 53 pays africains à contribuer à cette force composée de 8.000 hommes. La résolution exhortait les autres Etats membres de l’ONU à fournir un soutien financier et logistique à cette mission.

Le texte autorisait la force de l’UA a protéger les institutions du gouvernement provisoire, a participer à la mise en place et à l’entraînement de forces de sécurité, et à promouvoir les efforts de dialogue et de réconciliation entre les différentes parties.

Les premières troupes, un contingent avancé du Burundi, s’étaient déployées le 23 février dernier. Ce déploiement avait été suivi par celui du contingent de 850 hommes envoyés par le Nigeria à la mi-avril.

La Somalie n’a connu aucun gouvernement stable depuis le renversement en 1991 du dictateur Mohamed Siad Barré par des seigneurs de guerre qui se sont ensuite affrontés, plongeant ce pays de la Corne de l’Afrique de sept millions d’habitants dans le chaos et la pauvreté.

Les troupes gouvernementales, soutenues par l’Ethiopie, ont repoussé en décembre les combattants des Tribunaux islamiques, qui contrôlaient la majeure partie du territoire. Ce retrait des rebelles avait permis le retour dans la capitale Mogadiscio du gouvernement transitoire soutenu par l’ONU, une première depuis son entrée en fonctions en 2004. Mais la recrudescence des violences depuis menacent de replonger le pays dans l’anarchie.

________________________________ 2 – BBC (En Anglais)

The UN Security Council has voted unanimously to extend the African Union peacekeeping mission in Somalia.

The resolution also called on UN Secretary General Ban Ki-moon to continue planning a UN mission in Somalia to replace the AU troops.

South Africa’s ambassador to the UN criticised the resolution, saying the AU forces were doing the UN’s work.

More than 1,000 people died this year amid clashes between Islamist fighters and government-backed Ethiopian troops.

Somalia has been without an effective government since the civil war began in 1991.

Troop shortfalls

The British-backed Security Council resolution called on African states to pledge more troops to the AU forces, which are desperately short of troops.

Just 1,700 Ugandan soldiers are on the ground in Somalia, despite the UN authorising an 8,000-strong AU peacekeeping force there.

When your house is on fire, the neighbours come with a bucket of water … but the neighbours are not the fire engine. The fire engine is the United Nations

Troop deployments from other African countries

– including Burundi, Nigeria and Ghana –

have been delayed by lack of funding and equipment.

The resolution urged Mr Ban “to continue to develop the existing contingency planning for the possible deployment of a United Nations peacekeeping operation”.

It also threatened unspecified action against anyone violating the arms embargo in Somalia or seeking to derail the peace process.

But South Africa’s UN ambassador, Dumisani Kumalo, said the AU “is doing a job that the UN is supposed to be doing”.

“When your house is on fire, the neighbours come with a bucket of water,” he said.

“But the neighbours are not the fire engine. The fire engine is the United Nations.”

Last December, the interim government, backed by Ethiopia, ousted the Union of Islamic Courts (UIC), an Islamist group that had taken control of much of southern Somalia.

Since that alliance regained control of Mogadishu in April, Islamist insurgents and clan fighters have mounted regular attacks against government targets.

The UN says some 400,000 people have fled the violence in Mogadishu in the past four months.

______________________________________ Note de l’ARDHD

Tout cela a un parfum de “politiquement correct de façade” pour se défausser du problème sur l’U.A…. ! (Une belle mise en scène ?)

L’U.A. a pris en charge la consitution d’une force multinationale africaine pour tenter de maintenir la Paix en Somalie. Parmi les pays africains, qui s’étaient engagés à envoyer au total 8.000 hommes, l’Ouganda a respecté son engagement en envoyant près de 2.000 hommes, mais dotés de moyens logisitiques largement insuffisants.

Constatant l’agravation de la situation et le développement quotidien de la violence, l’U.A. qui ne semble pas être en mesure d’imposer aux autres pays (qui s’y étaient engagés) d’envoyer leurs troupes, a fait officiellement appel à l’ONU.

Une réponse défavorable de l’ONU semblait lui avoir été renvoyée par retour du courrier.

Maintenant l’ONU se décharge du problème en augmentant le mandat de la force de l’AMISOM (Selon la BBC), mais sans ne lui attribuer aucun moyen complémentaire : équipements de meilleur qualité pour les soldats ougandais, renforts en militaires. A noter quand même qu’elle demande à son Secrétaire Général (Selon l’AP) d’étudier “un possible déploiement de casques bleus pour six mois”

On a l’impression que le Conseil de Sécurité tire le parapluie et se décharge de ses responsabilités !!!

La question serait de savoir quel a été le niveau d’influence des Américains lors de la préparation de la résolution, sachant qu’ils soutiennent l’Ethiopie et que la violence en Somalie ne les empêche pas de dormir. Il faut dire qu’avec l’Afghanistan et l’Irak, ils ont pu s’y habituer !!!