18/09/07 (B413) Le MONDE avec Reuters : Les dirigeants somaliens demandent une force onusienne

RYAD (Reuters) – Les dirigeants somaliens ont lancé d’Arabie saoudite un appel au remplacement des troupes “étrangères” déployées en Somalie par un contingent de troupes arabes et africaines sous la supervision des Nations unies.

Le président Abdoullahi Youssouf, le Premier ministre Ali Mohamed Gedi et le président du parlement Adam Mohamed Nour ont signé un accord en ce sens dimanche soir à Djeddah en présence du roi Abdallah, rapportent lundi les médias saoudiens.

“Non à la guerre, oui à la paix. Non au bain de sang et oui à la réconciliation”, a déclaré Youssouf lors de la réunion.

“Nous avons besoin de forces de maintien de la paix arabes et africaines dans notre pays sous l’égide des Nations unies.”

L’Arabie saoudite a salué les assurances fournies par Youssouf sur le remplacement des troupes “étrangères”, sans préciser s’il s’agit des forces éthiopiennes qui ont aidé l’actuel gouvernement de transition à chasser en décembre les milices islamistes installées à Mogadiscio.

La réunion intervient quelques jours après la naissance d’une alliance de l’opposition résolue à chasser les troupes éthiopiennes déployées dans le pays.

En août, le Conseil de sécurité des Nations unies a demandé aux services du secrétaire général d’étudier une éventuelle présence militaire de l’Onu en Somalie.

L’Union africaine a pour sa part accepté de déployer 8.000 hommes en Somalie pour remplacer le contingent éthiopien mais moins de la moitié des troupes est arrivée pour le moment.