30/10/07 (B419) Les pirates somaliens repartent au travail !!! Deux dépêches en Anglais et en Français.

___________________________________________ 1 – BBC

Somali pirates hijack Korean ship

Somali pirates have hijacked a South Korean cargo ship, just a day after a Japanese vessel was seized off the East African coast

The South Korean ship, which was seized late Monday or early Tuesday, had 22 crew members.

It was seized near the port in the Somali capital, Mogadishu, protected by African Union peacekeepers.

The area is notorious for piracy – of 16 reported hijackings worldwide this year, 11 were off the Somali coast.

The hijacking was masterminded by the same people who were supposed to bring it into the docking,¿ said Paddy Ankunda, the spokesman for the AU troops in Mogadishu.

He said the militiamen were demanding a $15,000 ransom to free the vessel.

The South Korean freighter had already unloaded its cargo at the time of its capture.

Somalia is rated as the second most high risk country for piracy in the world after Indonesia.

_______________________________ 2 – L’Express avec Reuters

Des pirates mis en échec par un équipage en Somalie

L’équipage d’un cargo étranger attaqué par des pirates dans les eaux notoirement dangereuses de la Somalie a réussi à repousser les assaillants et à reprendre le contrôle du navire.

L’agence d’assistance maritime d’Afrique de l’Est avait annoncé que le bateau nord-coréen avait été détourné lundi soir ou tôt mardi, au large de Mogadiscio.

“J’apprends que l’équipage du navire a mis en échec les assaillants. Ils étaient 22 membres d’équipage contre huit assaillants”, a déclaré Andrew Mwangura, qui dirige l’agence d’assistance maritime basée au Kenya.

Un responsable de la police somalienne a précisé que le cargo avait été pris en chasse par la police.

Les circonstances de l’incident sont pour l’instant floues et Mwangura a laissé entendre qu’il pourrait s’agir d’un différend financier. “Il semble qu’il y ait eu une sorte de dispute près du port. Ca pourrait être une affaire qui a mal tourné, mais nous menons des vérifications pour connaître tous les détails”, a-t-il dit.

Selon une autre source, le cargo transportait du sucre et venait du Brésil.

Il s’agit de la deuxième attaque contre un bateau naviguant dans les eaux somaliennes depuis ce week-end. Dimanche, des pirates ont pris le contrôle d’un chimiquier japonais, naviguant sous pavillon panaméen avec 23 personnes à son bord.

La marine américaine a annoncé mardi que les forces navales d’une coalition réunissant plusieurs pays qui patrouillent en mer Rouge avaient ouvert le feu sur les pirates, détruisant leurs hors-bord.

DES PIRATES PRIS EN CHASSE PAR UNE FLOTTE INTERNATIONALE

Les forces de la Combined Task Force 150 ont pris en chasse les pirates dans les eaux somaliennes, ouvert le feu, et détruit les hors-bord que le navire attaqué remorquait et qui avaient servi à détourner le chimiquier, a précisé la marine américaine.

“CTF-150 a répondu à un appel de détresse du chimiquier Golden Nory, il y a eu des tirs de semonce et les embarcations légères remorquées ont été coulées”, a déclaré un porte-parole de la Ve Flotte par téléphone. Aucune victime n’a été signalée.

“L’opération est en cours (pour reprendre le contrôle du bateau) et il semblerait que des pirates se trouvent encore à bord”, a ajouté le porte-parole selon lequel plusieurs navires militaires sont sur zone.

Mwangura a indiqué que le chimiquier japonais transportait du benzène, un produit chimique toxique et inflammable, c’est pourquoi il est tenu éloigné des côtes.

Quatre autres navires passent pour être actuellement aux mains de pirates dans cette zone : un cargo immatriculé aux Comores, deux chalutiers tanzaniens et un navire taïwanais.

Les eaux situées au large de la Somalie, pays livré à l’anarchie et privé de gouvernement central stable depuis 1991, sont considérées comme parmi les plus dangereuses du monde.

Selon Mwangura, la recrudescence des attaques dans les eaux somaliennes pourrait être “un message de défi” envoyé aux Conseil de sécurité et à ceux qui veulent renforcer la lutte contre la piraterie.