10/12/07 (B425) Cri d’alarme du Président de la LDDH : “Ecoutez toutes nos conversations téléphoniques, imprimez nos messages, mais laissez-nous communiquer librement !”

Au cours d’un entretien téléphonique qu’il nous a accordé, le Président de la LDDH nous a fait part de son exaspération et il lance cet appel aux autorités de Djibouti.

“Nous sommes des citoyens libres. Peu nous importe que nous écoutiez toutes nos conversations téléphoniques, que vous lisiez tous nos e-mails et tous nos fax, mais laissez-vous communiquer librement.”

“Mon téléphone est coupé régulièrement et pourtant je paye mes factures sans retard. Mon accès à Internet est coupé très souvent. Des messages disparaissent … Cela ne peut plus durer, il faut mettre un terme à cette absurdité.”

Nous soutenons l’appel du Président de la LDDH et nous demandons aux plus hautes autorités françaises et à la représentation diplomatique sur place de faire pression sur le régime pour faire cesser cette nouvelle forme de harcèlement.