19/01/08 (B431) SANAA (AFP) – Yémen: deux touristes belges tuées dans une attaque attribuée à Al-Qaïda

Deux femmes belges ont été tuées par balles vendredi au Yémen et quatre autres touristes belges blessés dans une embuscade attribuée par les autorités locales à un groupe affilié au réseau Al-Qaïda.

Le guide et le chauffeur yéménites du groupe ont également été tués dans cette attaque menée par des assaillants qui ont tiré sur un bus transportant 15 touristes belges, selon un responsable local.

L’attaque a eu lieu dans la région de Wadi Hadramaout, à l’est de Sanaa, selon ce responsable qui a requis l’anonymat et évoqué la piste Al-Qaïda.

Les touristes belges se rendaient, à bord de cinq véhicules, de Wadi Hadramaout vers la ville de Shibam, à 450 kilomètres de la capitale, selon des responsables locaux. Connue sous le nom de “Manhattan du désert”, la cité de Shibam, vieille de 500 ans, a été inscrite par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité pour ses “gratte-ciel” en terre ocre et blanc.

Les auteurs de l’attaque, survenue en matinée dans la localité de Wadi Do’an, étaient cachés derrière des arbres. Ils ont pu prendre la fuite à bord d’une voiture.

Dans un communiqué publié sur le site du ministère de la Défense, le gouverneur de la province, Taha Hajir, a signalé que les forces de sécurité avaient coupé des routes et que des hélicoptères survolaient la région pour localiser les responsables du “crime”.

“Les morts et blessés ont été transportés vers un hôpital local et des préparatifs étaient en cours pour les transférer à Sanaa”, a-t-il ajouté.

Selon les autorités belges, une des victimes décédées est une Brugeoise de 65 ans, Claudine Van Caillie. Un blessé grave a été identifié comme Patrick Coucke, un Brugeois de 65 ans.

A Bruxelles, le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht, a déclaré que les touristes devaient “savoir que cette destination était dangereuse”. “Quelqu’un qui part au Yémen sait que c’est une destination dangereuse”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Le site Internet du ministère des Affaires étrangères belge déconseille les voyages “non essentiels” au Yémen, expliquant que “la menace terroriste permanente doit être prise très au sérieux dans ce pays”.

Concernant la piste d’Al-Qaïda, le ministre belge n’a pas confirmé. “Nous n’avons aucune piste réelle” a-t-il dit, soulignant que la région connaissait également des “problèmes tribaux”.

“On demande aux autorités de faire la lumière, mais ce n’est pas facile, les autorités ne contrôlent pas tout le territoire”, a ajouté M. De Gucht.

Au cours des dernières années, le Yémen a été frappé à plusieurs reprises par des attaques attribuées à Al-Qaïda.

Le 2 juillet 2007, huit touristes espagnols et deux chauffeurs locaux ont été tués dans un attentat à Marib (nord). Cinq autres Espagnols, deux chauffeurs et deux policiers yéménites ont été blessés.

La branche yéménite d’Al-Qaïda a récemment promis de libérer ses membres détenus dans les prisons du pays.

En décembre, les autorités ont annoncé avoir mis en échec un projet d’attentat suicide et capturé deux membres d’Al-Qaïda.

Les attaques contre les touristes au Yémen restent rares, mais quelque 200 ressortissants étrangers ont été enlevés par des tribus locales comme monnaie d’échange dans des disputes avec le gouvernement central. Ils ont ensuite été libérés, sains et saufs, à l’exception de trois Britanniques et un Australien.

Enlevés par un groupe d’islamistes en décembre 1998, ils ont été tués lors d’une opération des forces de sécurité pour les libérer.