25/02/08 (B436) 20 MINUTES Rien que le Chaos en Somalie.

Après la mort de quatre soldats des forces armées éthiopiennes déployées en Somalie, tuées samedi après que leur camion citerne est tombé dans une embuscade tendue par des rebelles, la tension monte d’un cran à Addis Abeba où certains partis politiques opposés à l’envoie de l’armée Ethiopienne en Somalie dénonce le pouvoir éthiopien.

“La Somalie est en proie à une violence incertaine et la politique suspecte de l’Ethiopie de s’embourber dans une guerre qui n’est pas la siennne est à la fois gênante pour les éthiopiens qui se déclarent dépassés par la politique du premier ministre Meles ZENAOUI” a dénoncé un éthiopien qui veut garder l’anonymat.

D’autant plus qu’il faut souligner que la rélation entre le gouvernement Ethiopien et les autorités somaliennes n’est plus la même depuis que le Général Gabre Heard, commandant des forces d’occupation éthiopiennes en Somalie a piqué une colère contre le Président Somalien du GNT ( Gouvernement National de Transition) et l’a giflé par deux fois, affirmant qu’il souhaiterait le tuer.

La violence à Mogadiscio ne cessent de s’amplifier et la guérilla gagne du terrain en mettant en danger toute vie humaine. Notons que l’Ethiopie avait envoyé en décembre 2006 son armée en Somalie pour chasser du pouvoir l’Union des Tribunaux Islamiques. Elle attend toujours le déploiement de la force de l’Union africaine pour retirer ses troupes du pays.

La Somalie, en proie à une guerre civile depuis plus de 16 ans, ne croit plus aux fausses promesses de la communauté internationale et cherche d’autres issues pour sortir du chaos.