10/03/08 (B438) A force de dire tout et n’importe quoi, Guelleh n’arrête pas de se contredire et de se prendre les pieds dans son propre tapis. Un exemple parmi des milliers (Lecteur)

Je retrouve un article publié dans La Nation le 8 novembre 2007 sous le titre et le sous-titre “Ouverture du symposium ministériel des pays du Golden Spear / Unis face aux forces du chaos “

Que dit cet article, qui reprend un discours de Guelleh ?

En inaugurant hier au Kempinski Palace les travaux d’un symposium ministériel des pays du Golden Spear, mécanisme régional de gestion des catastrophes, le Président Ismaïl Omar Guelleh a prononcé un discours dans lequel il a estimé que le temps où chacun des pays de la région acceptait les catastrophes sur le mode de la fatalité et de la résignation était révolu et qu’il fallait désormais unir les efforts pour prévenir les calamités au lieu de les provoquer. “

Beaucoup de catastrophes et leurs conséquences sont là pour nous convaincre, a souligné le Président, que c’est notre responsabilité collective qui est engagée.

Parce que nous n’aurons pas pu prévoir et éviter une guerre ; elle va ravager notre pays et notre économie. Parce que nous n’aurons pas su prévoir et éviter une famine ; elle va appauvrir et décimer nos populations. Parce que nous n’aurons pas su éviter et prévoir une épidémie ; elle va faire vaciller la santé de nos populations. “

En gros et en synthèse : il n’y a pas de fatalité, pas de calamités que l’on ne puisse prévoir ou anticiper …. etc ! C’est beau, c’est magnifique !

Et puis trois mois après qu’est-ce que je découvre dans La Nation ?

Djibouti s’en remet à Dieu

Le Président Ismaïl Omar Guelleh a participé jeudi dernier à une prière collective avec des milliers de ses concitoyens et coreligionnaires. Cette prière qui s’est déroulée sur le terrain vague qui jouxte le stade Gouled a été décidée en raison de l’ampleur des effets de la sécheresse en milieu rural.

Appelée ” salat Al-Istika “, cette prière intervient lorsque les musulmans, s’estiment en grand danger. Des rassemblements religieux similaires ont eu lieu le même jour et à la même heure un peu partout dans le territoire national.

Depuis trois ans, le pays est en proie à une sécheresse sans précédent qui a aggravé le quotidien déjà précaire et difficile des éleveurs. Espérons que cette prière au cours de laquelle tous les fidèles ont imploré la bonté divine sera entendue.

________________________________________

Vous ne trouvez pas qu’il se contredit. La sécheresse est une calamité, c’est indéniable ! Mais c’était prévisible ! Et Guelleh, soit n’a rien prévu, soit n’a pas voulu engager les travaux de forage qui sont nécessaires. Que voulez-vous, l’anticipation, contrairement à ce qu’il avait dit en novembre, ce n’est pas son fort. Mais ses “marabouts” vont peut-être l’aider à se mettre à niveau.

Bref, il parle, il parle, mais ça ne sert à rien … Cet avis n’engage que moi bien sur.

Un grand merci à l’équipe de l’ARDHD si elle accepte de le publier.

A.B. Montréal