14/03/08 (B438) Les bornés ont-ils suborné ? Dernières nouvelles de Versailles. Le Procureur reconnaît la subornation de témoins. En dépit d’un réquisitoire assez clément la plaidoirie du Procureur prouve que les faits de subornation sont reconnus officiellement par le parquet de Versailles.

D’après les journalistes sur place qui nous informent amicalement du déroulement du procès, après les plaidoiries remarquables de Mes Cambier et Morice pour les parties civiles, le Procureur a pris la parole pour demander 12 mois de prison avec suris pour les deux prévenus.

Les réquisitions de l’avocat général semblent être assez clémentes. Le tribunal n’est pas obligé de les suivre. Il peut aller plus loin en prononçant des peines de prison ferme ou en diminuant le nombre de mois de prison. Cependant, elles attestent du fait que nos deux “bornés” ont bien subornés. C’est le point important qu’il faut retenir …

Question n° 1
Comme nous l’écrivons depuis des semaines, personne ne tenterait de suborner un témoin, s’il n’avait intérêt à le faire. Ni Hassan, ni Djama n’ont jamais été cités commes ayant pu participer directement à l’assassinat du Juge Bernard Borrel. Ils n’avaient donc aucun intérêt personnel à suborner les témoins.

Ils n’ont donc pu agir que sur ordre hiérarchique. Mais de qui ? Posez la question à n’importe quel Djiboutien. La réponse sera immédiate : IOG !

Question n°2 :

Quel intérêt personnel aurait eu Guelleh à demander à ses “obligés” de suborner des témoins ?

Si la réponse à la question N°1 était celle là, la réponse conduirait directement à l’instruction pour l’assassinat du Juge Borrel.

Guelleh se sent-il coupable directement ou indirectement de la mort de Bernard Borrel ? C’est la question à laquelle il devra répondre un jour …. Nous avons notre réponse, mais nous ne la communiquerons pas.

En tout cas, ce procès et le réquisitoire de l’avocat général permet à l’instruction de faire un grand pas en avant. Nul doute qu’il contribuera à sensibiliser l’opinion publique sur ce qui se passe véritablement à Djibouti et à permettre à la Juge Clément de poursuivre son instruction.

En espérant que la Marine nationale ne lui place pas de nouveaux obstacles, comme cela aurait été le cas, s’il est confirmé qu’Hassan Saïd était bien à bord d’un navire français hier jeudi …