21/03/08 (B440) L’Ethiopie attaque un village peuplé d’habitants d’origine Issas : un terrible bilan après cet acte empreint de la plus extrême sauvagerie. (Lecteur)

Le village a été totalement rasé et incendiée.

3 morts ont été annoncés officiellement, mais
il y a eu des arrestations et des déportations massives :

22 personnes ont été trsanférés dans une prison d’Addis

36 à la prison de Djigdjigua en Ogaden


Officiellement, les forces éthiopiennes annoncent qu’elles luttent contre la contrebande, mais cela ne justifie pas une telle sauvagerie.

Elles ont profité de cet argument pour régler un litige afin de renforcer une autre tribu pour faire contrepoids aux issas.

Pour quelles raisons IOG n’a-t-il pas réagi par une protestation ?

C’est que cela l’arrange bien au fond. Comme nous l’avions écrit à plusieurs reprises, il a de gros problèmes actuellement avec les militaires de son Armée qui est composé d’une grande majorité d’Issas.

Cette sauvage agression éthiopienne a un impact fort sur les cadres de son Armée. Sera-t-elle suffisante pour detourner leur attention vers l’Ethiopie, afin qu’ils oublient les problèmes de solde insuffisante et de non paiement ?

Les troupes du groupement de Tadjourah sont commandées par le frère d’Hassan Saïd Khaireh alias “le suborneur”, le fameux Omar Saïd Khaireh qui est mis gravement en cause dans une affaire de détournement des fonds destinées rémunérer les troupes (“pret-franc des soldats”).

La majorité des hommes ont été mobilisés en 1991 et ils demandent en contrepartie à être intégrés dans l’armée djiboutienne. Ne voyant rien venir, ils ont fixé au Gouvernement un utlimatum au 31 mars 2008.

Pour parer à toute éventualité, la Garde republicaine et l’Escadron blindé ont été positionnés au lac Assal et au PK9.

Sur la pression du frère, grand patron de la SDS, l’Etat-major des Armées refuse toujours de sanctionner Omar Saïd.

La famille Saïd Kaireh aurait reçu des menaces de mort. En tout cas, la population ne comprend pas l’impunité du frère militaire qui a détourné les fonds destinés à la troupe, ni la protection incroyable que Guelleh accorde au Patron de la SDS dans l’affaire de subornation de témoin (Voir article plus récent sur le sujet)

C’est dans ce contexte qu’interveint (fort à propos ?) l’agression éthiopienne caractérisée contre un village de civils. Les Issas préocupés par la défense de leurs compatriotes et par des actions éventuelles de vengeance ne pourront pas lutter simultanément sur deux fronts (contre l’Ethiopie et contre la famille Saïd Kaireh). C’est ce qu’espère probablement Guelleh …. ?

Personne ne comprend véritablement à quoi joue le gouvernement tigréen de Zenawi et quelles sont ses motivations et objectifs. Aurait-il agi à la demande de Guelleh ? Toujours possible !