29/03/08 (B441) Un exemple que Guelleh pourrait être tenté de copier contre des hauts responsables français et des coopérants ayant servi à Djibouti / AFP La Guinée équatoriale lance un mandat d’arrêt international contre Mark Thatcher. (Info lecteur)

MALABO (AFP) – samedi 29 mars 2008 – 15h11 – La Guinée équatoriale a lancé un mandat d’arrêt international contre Mark Thatcher, fils de l’ex-Premier ministre britannique Margaret Thatcher, accusé par Malabo d’être un des instigateurs du coup d’Etat avorté de 2004, a annoncé samedi à l’AFP le procureur général équato-guinéen.

“Nous sommes aujourd’hui plus que convaincus que Mark Thatcher a participé au même titre que Simon Mann au coup d’Etat avorté de mars 2004 contre les institutions de la Guinée équatoriale”, a déclaré le procureur José Olo Obono.

Le Britannique Simon Mann, arrêté au Zimbabwe en 2004 avec 61 autres mercenaires présumés, a été extradé début février vers Malabo où il est accusé d’être le cerveau d’un putsch déjoué contre le président Teodoro Obiang Nguema.

“Aujourd’hui, nous disposons de nouveaux éléments à l’encontre de Mark Thatcher, et il faut que nous l’entendions ici (en Guinée équatoriale). C’est pourquoi nous avons décidé d’engager une nouvelle procédure en lançant un mandat d’arrêt international contre lui”, a ajouté José Olo Obono.

Cette demande de mandat d’arrêt a été transmise à Interpol, qui n’a pas encore donné suite, a-t-il précisé.

“Nous en avons informé Interpol qui est chargé de la recherche et de la capture parce qu’en réalité, on ne sait pas aujourd’hui où il se trouve, personne ne sait où il habite”, a-t-il expliqué.

Hommes d’affaires, Mark Thatcher a été condamné le 13 janvier 2005 par la justice sud-africaine à une amende de trois millions de rands (environ 380.000 euros à l’époque) et à quatre ans de prison avec sursis pour tentative de financement d’activités mercenaires dans le cadre du putsch avorté en Guinée équatoriale.

Il avait plaidé coupable après avoir passé un accord avec l’accusation, mais avait par la suite nié toute implication dans la tentative de coup d’Etat.

Selon le procureur général, “Simon Mann lui-même n’a jamais nié la participation de Mark Thatcher, bien au contraire”.

Début mars, dans une interview accordée à une télévision britannique depuis sa prison de Malabo, Simon Mann a reconnu avoir été “impliqué” dans la tentative de coup d’Etat, sans en être “l’architecte” ni “le principal homme”.

Les autorités estiment qu’il collabore avec la justice, mais n’ont pas encore programmé son procès. “C’est une affaire complexe qui demande du temps, la date n’a pas encore été fixée”, a expliqué José Olo Obono.