30/03/08 (B441) Guelleh va-t-il devoir affronter la colère de Djama et d’Hassan. Que peut-il faire pour les dédomager ? (ARDHD)

Nul doute que Djama Souleiman et Hassan Saïd, devenus le 27 mars “des délinquants en fuite” vont demander des comptes et des dédommagements à Guelleh et à Paulette.

Selon les informations dont nous disposons, ils ne seraient pas mis en cause directement dans l’assassinat ou la commandite de l’assassinat du Juge Borrel, bien que pour Hassan Saïd, la situation ne soit pas limpide, car il avait participé à la fameuse réunion de compte-rendu le lendemain de la mort du juge (Déclarations de M Alhoumekani).

Aujourd’hui, ils sont devenus tous les deux des “délinquants en fuite”.

En effet, ils sont condamnés et ils refusent de se présenter à la Justice. Il est probable que leur avocat va interjeter un appel. Cette démarche jusqu’au jugement, suspendra l’éxécution de la peine, mais pas le mandat d’arrêt international qui a été maintenu.. Ils ne peuvent donc plus se rendre en Europe ni dans d’autres pays, en théorie.

Il faut comprendre les raisons des délits qu’ils ont commis …

Jusqu’à preuve du contraire, n’étant pas directement concernés par l’assassinat du Juge Borrel (au moins pour Djama Souleiman), ils n’ont pu agir que sur instruction et pour le bénéfice de quelqu’un d’autre : Madhi, Guelleh ???

Et pourtant ce sont eux qui payent la note ! A leur place, on irait trouver le donneur d’ordre pour lui demander des comptes. Ils ont du le faire déjà, mais ils vont certainement se montrer plus insistants si rien ne vient. Leur honneur, leur crédibilité, leur liberté et leur carrière sont mis à mal … pour avoir tenté de sauver, en service commandé, quelqu’un d’autre, véritable coupable.

Guelleh n’a plus de choix. Il doit les défendre à tout prix. Faute d’arguments crédibles, sa seule issue est d’attaquer la France : racisme, pédophilie, etc… de basses insultes qui ne sont pas crédibles. Comme il est le dos au mur, il sait que la prochaine fois, c’est lui qui pourrait être mis en cause …

En plus, pour conserver un minimum de crédibilité, il va devoir mettre à exécution les menaces qu’il a proférées contre la France et poursuivre ses âneries : par exemple, rappel des ambassadeurs pour consultation, dans un premier temps, puis rupture éventuelle des relations diplomatiques et fermeture, enfin, des bases militaires françaises … Le scénario est crédible.

Qui va payer l’addition au final ?

Les Djiboutiens, qui perdront une source de revenu : l’argent dépensé par l’Armée française et par les militaires sur place et l’aide matérielle (réfection d’écoles, de routes) sans oublier la solide protection que la France oppose aux deux voisins gourmands (Ethiopie et Erythrée).

Certes, dans cette hypothèse les US remplaceront les Français, mais ils sont les alliés de l’Ethiopie. Ainsi ils seront juges et partis, ce qui constituera un risque réel de perte d’indépendance pour Djibouti, avec une possible et progressive main mise de l’Ethiopie dans ses affaires intérieures … avec la bénédiction américaine. Et les soldats US dépensent beaucoup moins sur place : tout le ravitaillement vient de leur pays ….

Nous ne parlerons pas du loyer de la base payé par la France, car il va directement dans les poches de Guelleh, qui l’investit dans des pays étrangers et il ne créé aucune valeur ajoutée dans le pays.

Revenons à nos deux délinquants.

Eux n’ont plus le choix … Ils vont exiger des compensations. Guelleh, hormis des compensations financières, ne pourra rien leur proposer, puisqu’il est incapable de les défendre sur le plan juridique. (Il suffit de relire les attendus du jugement pour comprendre qu’un appel est probablement voué à l’échec et même pire qu’une aggravation des condamnations doit être envisagée …)

Guelleh peut tenter de négocier avec la justice française, une peine qui serait effectuée à Gabode. C’est tout ce qu’il peut espérer !


Roger Picon

En plus de toutes les autres casseroles, en voilà une nouvelle pour le couple présidentiel. On peut imaginer que Paulette et le Chamelier aimeraient bien faire disparaître les deux délinquants, mais ils ne sont pas faciles à cacher ….

Un grave accident de voiture ou un empoisonnement alimentaire fortuit arrangeraient-ils les affaires présidentielles ??

A moins que Guelleh n’arrive à les monter l’un contre l’autre et qu’ils s’auto-exterminent dans une lutte à mort.

Désormais, cernés de tous les côtés et interdits de sortir du territoire, les deux délinquants vont devoir être extrêmement prudents …. La chute est dure pour eux, mais celle de Guelleh, quand le jour viendra, sera effectuée d’une plus grande hauteur … !