01/04/08 (B441) Radio Trottoir : Premier Conseil des Ministres du nouveau Gouvernement, Guelleh blémit et lit son messages avec à la fois une certaine solennité mais aussi et surtout beaucoup de stress et d’inquiétude …. (Info lecteur)

Selon les informations diffusées au journal TV de la RTD ce soir, IOG aurait lu le message suivant devant les Ministres réunis en Conseil, ce matin. 

Chacun a pu remarquer que son visage était fortement marqué par le stress. 

En synthése, il a déclaré :

– que la France voulait cacher la vérité et mettre les responsabilité sur le dos des Djiboutiens,

– qu’il fallait juger, sans délai, les français pédophiles et racistes et lancer si nécessaire et au plus vite, des  mandats d’ arrêt internationaux pour qu’ils soient arrêter où qu’ils puissent se trouver. 

– qu’il fallait évaluer et faire payer les dédommagements légitimes aux enfants victimes des pédophiles français  

Puis s’exprimant sur la dernière décision “ouvertement raciste” du Tribunal correctionnel de Versailles, qui a condamné le 27 mars 2008, pour “une prétendue” infraction(?) de subornation de témoins, deux citoyens djiboutiens, le chef de l’Etat a indiqué que l’objectif principal de la France était de recouvrir du sceau du “secret défense” les causes de la mort de Bernard Borrel.

Selon lui, sa mort
trouve son origine dans les crimes pédophiles commis au préjudice des enfants de la rue à Djibouti par des citoyens français.

_____________________________________ Extrait ADI

01/04/2008 – Le chef de l’Etat préside le 9ème Conseil de Ministres de l’année

Le chef de l’Etat et du gouvernement, M. Ismaïl Omar Guelleh, a présidé ce mardi la 9ème séance du Conseil des Ministres, la première du nouveau gouvernement formé jeudi 27 mars dernier.



Le Président a prié les membres du gouvernement d’être au service du peuple, précisant qu’ils sont comptables et responsables collectivement et individuellement de leurs actes et qu’ils doivent accomplir leurs missions avec abnégation et dévouement. (…)



S’exprimant sur la dernière décision ouvertement raciste du tribunal correctionnel de Versailles, qui a condamné le 27 mars 2008, pour “une prétendue” infraction de subornation de témoin deux citoyens djiboutiens, le chef de l’Etat a indiqué que l’objectif principal de la France est de recouvrir du sceau du secret défense la cause de la mort de Bernard Borrel qui trouve son origine dans les crimes pédophiles commis au préjudice des enfants de la rue à Djibouti par des citoyens français. (…)