23/04/08 (B444-B) Radio-Trottoir – Deux articles de notre envoyé spécial sur le front. La guerre de Troie, non pardon de Ras Doumeira n’aura pas lieu. Guelleh et ses Ministres ont su éventer à temps, la menace érythréenne, qui avait envoyé des compagnies de reconnaissance, déguisées en engins de travaux publics et qui avaient commencé à faire une forteresse imprenable sous la forme d’un remblais anodin (que Guelleh avait autorisé trois mois avant). Le pire a été évité de justesse : le monde peut respirer de nouveau !

____ Dernière correspondance de notre envoyé spécial sur le Front.

Ici à Ras Doumeira sur le front, un mot d’ordre circule depuis ce matin : il faut surveiller la frontière, voir, entendre et lire, car la situation est gravissime.

Heureusement l’Erythrée a désamorcé la guerre en opérant un repli généralisé, suivi, hier midi, d’un repas à « go-go » à huit kilomètres de la frontière surveillée par les mirages franco-américains.

Mais Bobard 1er, le Grand Chef de nos courageurses Armées, secondé de Zakaria et autres galonnés, en grande tenue de combat, propres sur eux, sont prêts pour le combat, au cas où les Erythréens enverraient des hordes armées de casques de chantier et de pioches, pour mieux tromper l’ennemi.

Pour bien diffuser les commentaires positifs, il manque encore un régiment d’élite à l’appel.

Hélas, ce régiment a subi des avaries sur le chemin et il n’est pas encore positionné de façon opérationnelle. Il s’agit du régiment de transmission “La Nation” qui n’a pas été en mesure, ce matin,
de couvrir les informations capitales concernant les menaces militaires qui planent sur toute la région.

Ce régiment de protection rapproché du Président n’a même pas été capable de diffuser, à temps, la célèbre « pompe cirée » qui aurait du être dédiée spécialement au jeune Ministre linguiste
et parfois “enfantin” qui joue toujours “dans la cour des grands prédateurs” au célèbre jeu des Affaires Etranges et non Etrangères, comme il le prétend parfois.

Dans le cadre de la lutte contre les plagiats qui a été décrétée par IOG, après la révélation de l’emprunt que le Roi du Maroc a fait d’un texte qu’il avait préparé depuis de longues années, il faudra enregistrer le Titre ronflant qui est annoncé pour demain :

– « Repli généralisé : 22 avril 08 la guerre avec l’Erythrée a été désamorcée en Conseil des Ministres aux deux frontières ». (Cela évoquera des souvenirs vécus à ceux qui ont connu la deuxième guerre mondiale …)

Espérons que demain, pour le week-end, les déclarations seront plus diluées.

Une image capitale à se mettre sous la dent : à Ras-Doumeira, la RTD a surpris hier soir, Bobard 1er, en flagrant délit de discussion – les cheveux un peu dans le vent – avec un quidam !

Vaine palabre avec ce gars – en saharienne couleur sable ocre et lui (en unifrome style Patrick Millon ?). Impossible de décrire sa tenue vestimentaire et
surtout de rapporter ses propos qui devaient être stratégiques, car ils ont été censurés par la RTD qui n’a diffusé que les images ? Mais qu’ont-ils bien pu se dire ?

A moins que cette coupure de micro ne soit imputable au vent !

Tout le monde est d’accord, ce n’était pas du tout un gars du coin. Il donnait plutôt l’impression d’être originaire d’Asmara ou bien d’Addis.

Reste à savoir, dans quelle langue discutait ces deux mimes “homo-rythmiques”.

Le peuple attend des informations plus sérieuses. La RTD serait très appréciée si elle réalisait une première édition spéciale sur
la « grande bouffe » à Raheïta de l’autre côté de notre frontière et de façon libre, sans censure.

Allons un peu de courage pour les petits gars de la communication présidentielle qui ne doivent pas être à la fête : montrer en cachant, faire entendre sans que cela soit audible, filmer ce qui n’existe pas ! Un vrai défi pour eux. Et ils s’en tirent assez bien …

Iltireh Ougoureh Gueldon dit IOG
votre envoyé spécial sur le front.

____________ Correspondance d’hier, reçue avec un peu de retard.

Djibouti-Erythrée : le canular d’une guerre frontalière.

Ismaël Bobard alias IOG n’a pas démenti son nouveau surnom en orchestrant la semaine dernière un nouveau bluff guerrier contre l’Erythrée voisine, qui aurait illégalement occupé la zone de Ras- Doumeira en territoire Djiboutien.

Le chamelier d’Haramous a donc mobilisé durant quelques jours des centaines et des centaines d’hommes et l’essentiel de son arsenal de guerre aux fins de bouter les envahisseurs du nord hors du Territoire national.

L’unique bac reliant Djibouti à Obock a donc été réquisitionné pour envoyer vers cette ville du nord les militaires de sa soldatesque clanique et leur impressionnante logistique guerrière.

Dans la capitale les sbires d’IOG voulaient faire croire à qui voulaient les entendre, que la guerre avec notre belliqueux voisin du nord était inévitable.

Les pauvres Obockois déjà profondément traumatisés par la guerre civile des années 90 s’apprêtaient même à quitter leur ville martyre.

Les soldats sont donc montés au front nord en direction de Moulhoulé, Kalachnikov et sac de Kath en bandoulière.

Selon les analystes cette promenade de santé aurait tout de même coûté la bagatelle de plusieurs centaines de millions de nos francs.

Cet argent dépensé pour une comédie guerrière aurait été mieux employé s’il avait servi à soulager la détresse des sinistrés et des personnes déplacées de la sécheresse.

Renseignement pris, Guelleh a lancé toute cette opération militaire uniquement pour rassurer les occidentaux et l’Ethiopie qui s’inquiétaient de cette présence militaire Erythréenne en Territoire Djiboutien.

De leur côté les Erythréens qui avaient installé des fortifications militaires sur le rocher de Ras-Doumeira n’ont pas du tout compris la volte-face de leur allié IOG, qui avait concédé cette zone stratégique il y a trois mois de cela.

Finalement les Erythréens aurait accepté de quitter les lieux mais sont restés fort déçus de la trahison de Guelleh.

Est-ce aussi pour marquer leur désapprobation avec l’attitude d’IOG, que les Islamistes Somaliens du groupe d’Asmara sont repartis en catastrophe vers la capitale Erythréenne ?

Quoiqu’il en soit, Ismaël Bobard semble bien parti pour subir de véritables ennuis politiques et militaires dans les prochaines semaines.

Iltireh Ougoureh Gueldon.
Correspondant de Guerre pour l’ARDHD