23/04/08 (B444-B) REUTERS – Des milices alliées au gouvernement somalien ont repris le contrôle de la ville méridionale de Gouda, à l’issue de combats avec les combattants islamistes qui portent le bilan des affrontements de ces derniers jours à près de cent morts, ont rapporté des témoins. (Info lecteur)

Les milices ont repris le contrôle de cette ville côtière dont s’étaient emparé lundi les combattants d’Al Chabaab, l’aile militaire des islamistes.

“Nous contrôlons maintenant la ville. Des deux côtés, on totalise cinq morts et huit blessés”, a déclaré à Reuters Abdissalan Hassan Bootan, un milicien.

A Baidoa, ville où siège le parlement somalien, des hommes en armes, le visage masqué, ont abattu un membre des services de renseignement gouvernementaux.

Dans la capitale Mogadiscio, huit cadavres ont par ailleurs été retrouvés sur le lieu des affrontements entre les troupes éthiopiennes appuyant le gouvernement somalien et les combattants islamistes, portant le bilan des combats de ces quatre derniers jours à 99 morts, selon une organisation de défense des droits de l’homme et des témoins.

Selon des habitants, les combattants islamistes se sont emparés lundi de la ville de Berdale, près de Baidoa, où ils ont immédiatement imposé la charia (droit coranique) et désarmé les autorités locales.

“Ils patrouillent dans la ville avec des mitrailleuses et des lance-roquettes à l’épaule”, a déclaré à Reuters Ali Madey Isak, un commerçant. “Ils ont interdit aux gens de fumer en public, de mâcher le khat (feuille à effets psychotropes) ou de regarder des films”.

Un porte-parole des tribunaux islamique, le cheikh Ibrahim Souley, a affirmé que le bilan des affrontements qui ont eu lieu au cours du week-end était en réalité bien plus élevé et ajouté que des discussions prévues avec le gouvernement avaient été reportées sine die.

GRAVE SÉCHERESSE


“Les Ethiopiens ont tué environ 200 personnes et en ont enlevé 160, dont 41 étudiants coraniques (…) Nous allons continuer à combattre les Ethiopiens et ceux qui sont sous la protection de leurs blindés. Nous les appelons à se repentir”, a-t-il déclaré à Reuters.

“Il est impossible d’avoir des discussions avec ceux qui ont tué les vôtres. Nous avions engagé un dialogue avec l’Onu sur le retrait des troupes éthiopiennes et désormais, nous avons décidé de suspendre ces discussions”, a-t-il ajouté.

Ce regain de violence a eu pour effet de porter à un million de personnes le nombre des réfugiés de l’intérieur alors que la pays est touché par le pire épisode de sécheresse depuis plus de dix ans, a indiqué mardi le Bureau de coordination des Affaires humanitaires (OCHA) de l’Onu.

“Si la sécheresse persiste en plus des combats, nous serons confrontés à la même situation qu’en 1991-92 lorsque la sécheresse et un conflit civil avaient fait des centaines de milliers de victimes en Somalie”, a déclaré Elisabeth Byrs de l’OCHA à Genève.

L’organisation rapporte que plusieurs chameaux ont été retrouvés morts, ce qui atteste de la gravité du phénomène. Quelque 2,5 millions de Somaliens doivent recevoir une aide de manière urgente, a-t-elle souligné.