01/05/08 (B445) APA / Différend Erythrée – Djiboutien — ARDHD : Selon plusieurs dépêches de presse, Djibouti aurait enfin fait appel à la communauté internationale pour régler le problème. Le MLN a -t-il servi d’impulseur ?

_______________________________ ARDHD

Au sein de l’ARDHD, ne le répétez pas, on pense que c’est le communiqué du MLN

(Mouvement de libération nationale – GED, sous la signature d’Ali Iftin),

– publié le 28 probablemennt avant les démarches de Djibouti,

qui a déclenché la prise de conscience et la réaction du Palais de l’Escale.

Hier une dépêche informait de l’action entreprise initiée par la ligue arabe.

Mais avec un problème de taille : c’est que Djibouti fait partie de la commission et pas l’Erythrée.

Comment Djibouti pourrait-elle être juge et parti ?

Il est bien connu
qu’à Djibouti, les litiges qui impactent les “grands obligés” sont réglés comme cela par la Justice de Djama, qui juge selon les intérêts des membres de la Nébuleuse.

Mais sur le plan international, on peut espérer que la méthode familiale de Guelleh n’ait pas valeur d’exemple ….

Aujourd’hui, cette nouvelle dépêche nous informe du fait que Djibouti aurait impliqué l’ensemble des organisations internationales.

Ouf ! Merci le MLN ?

______________________________ APA
Djibouti saisit la communauté internationale, de son différend avec l’Erythrée

APA – Djibouti (Djibouti) Djibouti a décidé d’impliquer la communauté internationale pour le règlement du différend frontalier, qui l’oppose à l’Erythrée, a révélé mercredi son ministre des Affaires étrangères, M Mahamoud Ali Youssouf, lors d’une conférence de presse.

Djibouti a saisi la Ligue Arabe, l’Igad, l’Union Africaine et le Conseil de Sécurité des Nations Unies, selon le ministre, qui a ajouté que « des commissions d’enquêtes émanant de ces instances internationales étaient « attendues sur place, dans les prochains jours ».

« La République de Djibouti, a agi de la sorte après avoir constaté l’absence totale de communication et le refus de tout dialogue du côté du gouvernement Erythréen », a expliqué le chef de la diplomatie djiboutienne.

Selon Mahamoud Ali Youssouf, « toutes les voies politiques et diplomatiques, aux niveaux régional et international sont désormais ouvertes afin de régler définitivement cette crise frontalière ».

« Les Erythréens ont reculé, mais ils se trouvent toujours sur une portion du territoire djiboutien», a indiqué e ministre, alors que d’autres sources parlent de face-à-face des deux armées, « dans le calme ».

Djibouti dénonce une incursion érythréenne sur son territoire depuis le 16 avril dernier.