05/05/08 (B446) RSF : ETHIOPIE / Arrestation du rédacteur en chef adjoint d’un magazine de divertissement, un signe très négatif à la veille de la journée internationale de la liberté de la presse.

Reporters sans frontières demande la libération d’Alemayehu Mahtemework, rédacteur en chef adjoint et éditeur du mensuel de divertissement privé Enku, arrêté dans la nuit du 2 au 3 mai 2008 par la police éthiopienne. L’organisation condamne, par ailleurs, l’arrestation des trois personnes présentes dans un véhicule transportant les magazines prêts à être distribués, ainsi que la saisie des 10 000 exemplaires.

“Avoir choisi la veille du 3 mai, Journée internationale de la liberté de la presse, pour procéder à l’arrestation d’un journaliste et à la saisie d’un magazine indépendant est un signe très négatif envoyé par les autorités éthiopiennes.

Consciente du fort climat d’autocensure qui règne à Addis-Abéba pour la presse indépendante, Reporters sans frontières avait pourtant choisi d’envoyer un signal positif au gouvernement éthiopien en retirant le Premier ministre Meles Zenawi de la liste des prédateurs de la liberté de la presse, pour saluer les efforts consentis depuis un an. Si ce type d’incidents venait à se répéter et si cette affaire ne connaissait pas de dénouement rapide, nous serions amenés à revoir notre décision”, a déclaré l’organisation.

Dans la nuit du 2 au 3 mai, alors que le magazine Enku sortait de l’imprimerie pour être distribué, la police éthiopienne a saisi les 10 000 exemplaires et arrêté le rédacteur en chef adjoint et éditeur du magazine, Alemayehu Mahtemework. Trois autres personnes, présentes dans le véhicule qui transportait les magazines, ont été arrêtées. Elles n’ont aucun lien avec la rédaction d’Enku.

La détention controversée de Tewodros Kassahun, un chanteur très populaire proche de l’opposition, faisait la une du numéro d’Enku saisi par les forces de police.