02/06/08 (B450) Radio-Trottoir : Le dialogue en terre djiboutienne : IOG en fuite avec l’argent perçu par la Banque Mondiale et consort ? (Correspondant)

Non le succès du dialogue somalien en terre Djiboutienne n’a aucun lien avec la nécessité d’un dialogue entre Djiboutiens !!

Comme le prédateur qui s’est hissé à la tête de l’Etat ne veut et ne peut pas partager ses avoirs, qu’il a acquis à la force du fusil avec la complicité de certaines puissances qui l’ont financé pour services et hautes trahisons rendus.

Faut-il prendre alors le fusil pour le détrôner, sans aucune sommation ?

Une chose est positive, dès que l’ARDH parle ou écrit, alors le régime trémousse et s’agisse.

Merci à l’ARDHD qui suit avec vigilance, toutes les situations désastreuses qui se produisent en République de Djibouti. En particulier, elle vient de contribuer récemment à extraire “partiellement” de la débauche des jeunes enfants qui y avaient été jetés.

En effet, votre article sur le « bordel des mineurs à l’Hôtel Impérial » de l’Empereur de l’Ouganda actuellement en réminiscence sous le nom de Bobard 1er , les officiers yankees du Camp Lemonnier ainsi que les barbus pro Bush ont rapidement déguerpi vers un autre hôtel plus velouté, au patron de confession juive et situé à deux pas de la marine française. Au moins là on est protégé des curieux, et surtout de ceux qui ont la gâchette rapide en prenant des photos ultrarapides.

Grâce à ce déménagement en catamini, les barbus pourront discrètement prononcer : « Salam Alaykum » à la délégation d’obédience américaine et ce, tous les matins, durant le séminaire sur les Droits de l’Homme sous l’éclairage de la pensée unique de Bush aux apparences des Nations Unies.

Trois heures avant l’arrivée de cette délégation estampillée Nations unies, les Forces américaines se sont déployées sur un rayon de 10 kilomètres autour de l’aéroport de Dubaï Authority presque en face de Nagad. L’ancien Colonel de la gardce de Mengestu, désormais reconverti en porte-pélerine de Meles Zenaoui, Abdullahi Youssouf est descendu sur le tarmac, aussitôt suivi par le Commandant des transmissions d’origine tigrée, Mademoiselle Asnakaish Wodelay (prononciation des Hamrawis) directement chargée marquer (à la culotte ?) de très prés, ce vieux militaire sans foi ni loi. Pour éviter des dérapages ?

A l’aéroport de Dubaî Authority, l’accueil a été plutôt glacial. Le Colonel et son accompagnatrice, ont été discrètement accueillis par ordre de priorité :

1. Ismaël Tani, bras droit d’IOG, et chef spirituel des frères musulmans d’Ethiopie, dont il est originaire et où il a vécu entre 5 à 22 ans avant de se réfugier à Djibouti juste après les tueries d’Aicha’a.

2. L’actuel Ministre des Affaires Musulmanes chargé de canaliser les islamistes en fuite d’Asmara.

3. Sans oublier le Ministre de la Justice agressée, qui s’est permis, face aux caméras de la RTD entre autre, de lui glisser quelques mots à l’oreille, question de bien montrer que lui aussi est un allogène anti-frère musulman et qu’il est le patron des patrons à Djibouti après IOG.

Aujourd’hui, compte tenu de l’absence de l’argentier IOG, la Radio de Djibouti ne s’emballe pas comme le fait la BBC, qui a le mérite reconnu d’informer, heure par heure, le peuple Djiboutien des déroulements de ce « second round des pourparlers intersomaliennes » (expression de la Nation du 2 juin 2008).

Un trappeur des violeurs et voleurs.