03/06/08 (B450-B) Radio-Trottoir : les forces éthiopiennes ont-elles déjà pénétré sur le territoire djiboutien ?? (Lecteur)

Je tiens ces informations de sources très fiables.

Après la réunion des officiers supérieurs, puis le Conseil des ministres dont l’ordre du jour était centré sur l’intrusion de l’Érythrée sur notre territoire, (Cf notre radio-trottoir d’hier / Note ARDHD) les responsables militaires ont été informés par IOG que les forces éthiopiennes allaient pénétrer sur notre territoire en contournant par le Lac Assal, afin de se positionner à proximité de Ras Doumeira.

Les Ethiopiens devraient engager 100.000 hommes au total, avec tout l’équipement militaire moderne.

Mais ce que peu de gens savent, c’est que les Ethiopiens ont déjà pris position au nord du pays avec un premier contingent de 25.000 militaires.

L’opération sera appuyée par les Américains qui “veulent la peau” de l’Érythrée.

Pour appliquer les décisions prises en Conseil des Ministres, les hauts-gradés de l’Etat-Major et certains politiciens ont sollicité des aides auprès du Ministère des Finances.

Ne croyez pas qu’elles seront utilisées pour l’effort de guerre !

Il s’agira, malheureusement une fois de plus, de prendre le prétexte d’une situation d’urgence pour le pays, pour détourner l’argent public.

Les Ethiopiens vont défendre notre territoire, car c’est leur intérêt. Ils ont un besoin vital de maintenir la liberté de passage dans les deux corridors routiers et ferroviaires qui relient Addis à Djibouti. Mais ils voudront une compensation !

Comme vous l’aviez écrit, il y a quelques semaines, le problème n’est pas de savoir si Djibouti sera annexée à terme, mais de savoir qui arrivera le premier entre les Erythréens et les Ethiopiens.

a) Les Erythréens veulent priver les Ethiopiens d’un accès maritime et veulent rentabiliser les investissements dans leurs propres ports, qui sont concurrencés par les installations portuaires djiboutiennes, en particulier pour le trafic des marchandises avec l’Ethiopie,

b) Les Ethiopiens ont un besoin vital de se garantir un accès libre à la mer. La situation actuelle, même si elle ne leur garantit pas l’autonomie, était acceptable. Mais ils ne peuvent pas prendre le risque de laisser les Erythréens s’installer à Djibouti, car ils seraient étranglés par leur ennemi. La compensation ne pourra être que sous la forme d’une prise en main directe ou indirecte de Djibouti ..

Par ailleurs, sur le parcours du train entre Djibouti et Diré Dawa, la situation est considérée comme explosive. Des risques d’attentat ne sont pas à exclure. Les islamistes, soutenus par l’Erythrée auraient intérêt à perturber l’Ethiopie.

Je crains vraiment que Djibouti ne soit annexée par l’Ethiopie à terme. Et tout cela parce que Guelleh et ses généraux ont détourné l’argent et que nos armées sont incapables de tenter la moindre opération de protection.

L’annexion, si elle devait avoir lieu, sera couverte par une communication rassurante : protectorat, protection, accord de défense … quelque soit le terme employé, les Ethiopiens prendront effectivement les commandes, à ne pas en douter.

Ce que l’on peut dire aujourd’hui, c’est que nous avons la présence militaire de nos deux “encombrants” voisins sur notre sol et ce n’est pas rassurant. La population s’inquiète visiblement.