05/06/08 (B450-B) Radio-Trottoir : Echec sur échec : la déroute d’IOG s’approche à grand pas ! Un gigantesque cafouillage médiatique. La Conférence pour la Somalie est écourtée, après l’intervention de l’Ambassadeur d’Ethiopie. (Correspondant)

L’Ambassadeur d’Ethiopie s’invite à la Conférence-séminaire de Djibouti : le Président du GNT rentre chez lui et les partis somaliens d’oppositon quittent la salle.

« Je sens aujourd’hui la Paix. » c’était en 2000, le titre d’une chanson en Somalie. Elle ne saluait pas l’Accord de Paix signé à Paris le 7 février 2000, entre le Frud-armé et
le Gouvernement Djiboutien., Accord, faut-il le souligner, qui n’a jamais respecté comme celui qui l’a suivi le 12 mai 2001.

En fait, c’était une chanson écrite pour saluer la Conférence Somalie qui s’est tenue sous une tente à Arta. Hélas, de cette Conférence, il n’est resté que la chanson.  

Aujourd’hui, 4 juin 2008 les populations de la Somalie sentent les puanteurs qui émanent des bombardements américan-éthiopiens. Le Peuple Somalie, partout dans le Monde, compte ses morts, compte tous ses patriotes exterminés voir égorgés conformément à une stratégie de génocide ciblé et tout cela avec le silence approbateur voir complice des Nations Unies. 

La prétendue Conférence-séminaire de Djibouti – dont le seul objectif est de diviser les forces
combattantes somalis – s’est terminée sur une insulte faite au Peuple Somalie.

En
invitant l’Ambassadeur d’Ethiopie à Djibouti qui a imposé la présence de son
drapeau, les opposants somalis qui avaient
finalement accepté, mais à contre-coeur de participer à ces discussions avec les Nations Unies, ont ressenti l’insulte faite au Peuple somalien.

Espérons qu’aucun passeport n’a été saisi par le SDS !

Voilà une nouvelle preuve de la mainmise de l’Ambassadeur des Etats-Unis à
Djibouti, sur le déroulement des opérations conduites par l’Ethiopie en terre somalienne.



Ecoeurée, la délégation des opposants Somalis a quitté immédiatement la salle où se tenait la Conférence-séminaire.

L’hypocrisie de la délégation des Nations Unies est apparue au grand jour. Comment accepter de participer à des séminaires soi-disant organisés pour des leaders qui sont impliqués dans un combat de libération. Des leaders dont les frères sont constamment égorgés par des Troupes qui n’obéissent qu’aux ordres de Meles, l’actuel Mengestu de l’Ethiopie ? C’est une honte pour cette organisation (ONU) et pour ses dirigeants.

Pour tenter de calmer le jeu, le Premier ministre Somalien est arrivé juste après le départ anticipé et précipité
de son patron, le Président du GNT, Aboullahi Youssouf.



Le Premier Ministre somalien et sa délégation ont été accueillis à l’aéroport de “Dubai Authority”,
par le Ministre “entrepreneur de son état” de la Justice accompagné d’Ismaël Tani et d’un
adjudant du SDS, ancien laborantin dénommé Saïd Pécoul.

Décidemment le SDS est bien visible ces derniers temps autour et à l’intérieur de cette conférence séminaire. Ils ont certainement beaucoup à apprendre. 

Les fanfares des autorités Djiboutiennes n’arrivent plus à accorder leurs violons. C’est une véritable cacophonie médiatique.

A cinq heures de l’après-midi à Djibouti, la BBC avait annoncé les titres de son journal d’information. Parmi eux, le fait que le corps de Borrel avait été retrouvé à moitié calciné.

Et curieusement, le contenu correspondant n’a jamais été diffusé. Qui a donné l’ordre de censurer le sujet ? Il était pourtant brûlant, avec la décision qui a été rendue par la CIJ, qui déboutte Djibouti de toutes ses demandes, sans exception…

Pourtant
La Nation avait annoncé en fanfare le résultat, en reprenant le premier titre de l’AFP qui laissait supposer une condamnation de la France. Mais les titres de la presse française ont évolué dans la journée et il est apparu au grand jour que Guelleh avait intégralement perdu son action en justice

Face à ces informations interrompues, à ces hésitations médiatiques, tous les Djiboutiens parlant l’arabe, se sont rués, une heure après sur la télévision pour entendre le résultat.



Il y a certainement eu de vifs échanges, en haut lieu. Car c’est la première fois, que le journal en langue arabe a été lancé avec 10 minutes de retard.



Renseignement recueilli, les Autorités Djiboutiennes présentes et directement concernées ne sont pas arrivées à accorder leurs violons pour pondre un communiqué fulgurant sur la décision de la Haye.



Heureusement que le seul décideur, Bobard 1er, rentre ce soir de Rome aprés un petit détour pour des obsèques aux Emirats.



Gros conflit entre le Premier ministre et le Ministre des Affaires Etrangères par intérim, sur l’expulsion ou non des militaires français, stationnés à Djibouti.

M. Ali Abdi, le Ministre des A.E. par intérim, le Premier Ministre et certains Généraux se sont opposés sur la décision d’expulser, manu militari, du Territoire national, tous les militaires français stationnés en République de Djibouti. Il ne faut pas oublier, à leur crédit, le versement au Trésor public, d’un loyer annuel de 30 millions d’Euro qui est ensuite viré automatiquement sur les comptes personnels d’IOG.

Demain matin (jeudi NDLR) dans le journal « La Nation » IOG devrait s’exprimer à coeur ouvert.

Rappelons que le Président Zarkozy, avait, dès le début,  légitimement refusé de se mêler de cette affaire sur l’assassinat du Juge
Borrel, car elle était instruite par la Justice française, indépendante du pouvoir politique. 

Votre correspondant
de Radio Trottoir