07/06/08 (B451) Le journal de la Conférence OIT : “L’ETAT CAMELEON” est le surnom de la république de Djibouti dans les instances internationales.

La délégation du régime djiboutien à la conférence internationale du travail a carrément disparu des salles des réunions.

Et en plus, c’est normal !

Parce que chacune de leurs “apparitions” à la conférence déclenchaient un fou rire chez tous les participants. Surtout lorsque le clown de la délégation qui est Mohamed Youssouf commençait à tourner comme une toupie à l’intérieur des salles avec la Bible et le Saint Coran dans les mains.

A chaque instant, il se présentait au premier participant qu’il croisait et selon la religion de son interlocuteur, il jurait soit sur la Bible, soit sur le Coran qu’il avait exclu de l’UDT, Adan Mohamed Abdou, le Secrétaire général de l’UDT.

Peine perdue bien entendu, car tout le monde connaissait son numéro de cirque et sa qualité (non seulement de clown en raison de son comportement) mais surtout de clone aux ordres du régime..

Dans son délire, il s’est même laissé aller à dire qu’il avait perçu, pour son travail de falsification des signatures et des documents de l’UDT, la somme de 500.000 fdj. Il a ajouter qu’il avait exécuter ce travail sur ordre des hauts responsables de la Présidence de la République et du Ministère de l’emploi.

Il a d’ailleurs cité, comme l’un des ordonnateurs, le nom d’un certain Charmakeh, le Directeur de la Solidarité nationale au Ministère de l’Emploi.

Les départements de l’OIT et les participants de la conférence n’ont jamais compris, qui, au sein de cette délégation “bidon” et pas préparée, qui représentait les syndicalistes, les employeurs ou le gouvernement.

Bien sur, parce qu’un “obligé” du régime doit pouvoir changer de veste à tout instant pour faire face aux nécessités. Les inféodés peuvent prendre la casquette le gouvernement, celle des syndicats ou celle des employeurs selon la situation.

En tout cas, ils ont pris une belle veste !