15/06/08 (B452) Radio-Trottoir : une banderolle à l’entrée de Port Dubaï à Djibouti exprime clairement les intentions de Guelleh – Mais attention interdit de photographier !

La banderolle a été installée à l’entrée du Port depuis deux jours.

Elle est lisible de loin.

Malheureusement, l’équipe de radio-trottoir ne peut pas la prendre en photo, car ce serait considéré immédiatement comme une provocation et on nous appliquerait, sans nul doute, les rigueurs d’une Loi martiale, décrétée pour la circonstance.

Le slogan qui y est inscrit, fait terriblement peur aux commerçants de la place et aux habitants, en particulier aux familles de militaires.

Les vigiles Djiboutiens ainsi que la sécurité Ethiopienne du Port sont en alerte pour empêcher un quidam de prendre la banderolle en photo.

Mais le résultat est atteint. En dépit de toutes les banderoles qui sont affichées à tous les carrefours de la capitale, celle-ci a attiré notre attention et vous allez comprendre pourquoi en découvrant le texte ….

Mais pour quelles raisons, est-il interdit de prendre une photo ?

Serait-ce pour des raisons de sécurités, pour des raisons de stratégies financières ou simplement parce que le patron Borreh est encore là, avant de prendre la fuite, comme de nombreux rats et famille de rats qui ont déjà quitté le navire ?

Qu’y a-t-il de lisible sur la banderolle ?

Bien que nous ne puissions vous transmettre la photo, imaginez une banderolle tendue à l’entrée du Port International de Dubaï Autority, juste au-dessus de la barrière.

Le slogan est écrit en Afar, les termes sont provocateurs et forts combatifs : ils sont destinés à marquer d’une façon indélébile les imaginations et à mobiliser les travailleurs sous-payés et syndiqués “maison” de force..

Il semble que le régime n’ait pas encore pris la décision d’afficher la même banderolle à Ras Doumeira (Par prudence ?)

SLOGAN A NE JAMAIS OUBLIER.

« NI QANDE QASMARA CABULI BAYSELON »

Nos forces détruiront le fou d’Asmara.

Un badaud,
qui sait à peine lire et écrire