18/06/08 (B452) Radio-Trottoir : les djiboutiens sont furieux contre Guelleh qui conduit des politiques contradictoires dans la région. Parmi les nombreuses raisons, je vous en envoie quelques unes. (Lecteur)

1er) Guelleh quand il était le Chef de cabinet et le Directeur général de la Sécurité de la République, sous la Présidence de Gouled, supportait activement les mouvemens d’opposition Erythréens, en particulier le “Front de Libération de l’Erythrée” de l’époque qui se battait contre le régime de Mengistu Haille Mariam. Le front avait ses bureaux en pleine ville au Quartier 2.

2ème) Plusieurs membres avaient même été placés dans des lieux stratégiques, comme salariés ou comme commerçants. Au Port de Djibouti sous la couverture du Duty Free Shop tenu par des Erythréens, comm un certain Nino qui se faisait passer pour un Italien, ancien capitaine (de bateau) à Assab (??).

3ème)
M. Tekeste tient un petit magasin d’horlogerie, place du 27 Juin (anciennement Ménelik). Les bénéfices de ce petit commerce ne lui permettait certainement pas de financer son train de vie “luxueux”. D’où venait le différentiel. Son engagement … ?

4ème)
Le patron du Groupe Napoléon, Boulevard de Gaulle. Arrivé à Djibouti, il a pu batir une grande fortune en quelques années et avec quels appuis ? Il s’est même permis d’acquérir des biens publics appartenant à l’Armée. Aucun Djiboutien de souche ne travaille dans ses affaires. Il n’emploie que Erythréens qui se font souvent passer pour des Djiboutiens

5ème)
Mme. Anna Baraki, l’ancienne gérante et patronne du “Bar de Djibouti”, place du 27 juin à proximité du Ministère de l’intérieur est la Présidente du Front de Libération de l’Erythrée.

Impossible de citer tous les cas, car la liste serait trop longue. Ne serait-il pas préférable de demander des explications au premier intéressé : IOG.

Quand Mengistu Haillé Mariam venait en visite officielle à Djibouti, il était d’usage d’arrêter et d’interner toutes les membres du Front de Liberation de l’Erythrée, juste le temps de son séjour

Que fabrique l’Ambassade d’Erythrée à Djibouti. On note de nombreux va et vient dans les quartiers. Des agents vont et reviennent d’ Asmara pratiquement toutes les semaines.

Lors de la première visite officielle d’Issais Afeworkis, il avait été facile d’identifier les nombreux d’Erythreens qui vivent chez nous, puisqu’ils avaient été tous invités à une céremonie offerte en leur honneur (sauf les plus démunis ..). Chacun savait qu’il y avait de nombreux agents parmi les invités

Faut-il évoquer la maison “de jeux” nocturne, située derrière le Ministère de l’intérieur où se négociaient de nombreux accords financiers : rachat de société djiboutiennes, etc. Qui tenait le tripot ? des Erythréens !!!

Que l’on ne s’étonne pas de ce que fait l’Erythrée et de son incursion à Ras Doumeira. C’est murement réfléchi et minutieusement préparé ! Ils ont bien évalué l’incompétence de nos dirigeants militaires et les incapacités de nos Forces.

Il ne reste plus qu’à
IOG la solution de courrir vers la France et de se mettre à genoux. Ca ne pourra que le faire maigrir ce qui ne lui fera pas de mal et il devra rabattre de sa fierté …

______________________ Nouveau message du groupe des officiers

Les officiers djiboutiens qui nous ont envoyé des informations précises sur le patrimoine du Général Fathi, nous font savoir que le Patron du Groupe Napoléon (Supermarché), cité dans cet article a pu acquérir sans concurrence ni appel d’offre les immeubles de l’escadron mobile de la Gendarmerie. Pour cette opération, l’accord de Fathi et de Zakaria était indispensable. A qui profite l’opération ???

Certainement pas à nos Forces armées qui ont perdu “des plumes” dans cette opération financièrement déficitaire pour elles …