23/06/08 (B453) XINHUA : Le HCR appelle à la libération immédiate de son personnel en Somalie

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiées (HCR) a appelé à la libération immédiate et sans conditions du chef du bureau du HCR en Somalie, Hassan Mohamed Ali, qui a été enlevé par des hommes armés inconnus samedi soir dans sa maison dans la banlieue de Mogadiscio.

Dimanche soir, le HCR n’avait toujours reçu aucune nouvelle de lui de la part de ses ravisseurs, et le motif de cet enlèvement reste inconnu.

“Nous demandons la libération immédiate et inconditionnelle de Hassan Mohamed Ali”, a déclaré le Haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés Antonio Gueterres, qui est justement rentré samedi d’une mission de trois jours au Kenya.

“Lui est d’autres personnels somaliens sont absolument indispensables à la livraison de l’aide humanitaire aux milliers de victimes civiles innocentes du conflit en cours dans leur pays”, a-t-il déclaré dans un communiqué publié dimanche soir.

M. Guterres, qui a passé mercredi et jeudi derniers avec des réfugiés somaliens au camp de Daddab, près de la frontière kenyo-somalienne, a affirmé que cet enlèvement était un mauvais coup porté aux efforts humains visant à alléger les souffrances d’environ un million de personnes déplacées à l’intérieur de Somalie.

“Le HCR est une organisation impartiale et apolitique dont la seule tâche dans cette situation extrêmement difficile est d’alléger les souffrances des civils innoncents”, a souligné M. Guterres.

“Nous sommes civils. Nous ne sommes pas armés. Nous sommes des humanitaires qui se sont engagés à servir ceux qui sont dans le besoin. Il est déraisonnable que ceux qui tentent d’aider les victimes soient ciblés eux-mêmes.