11/08/08 (B460) Radio-Trottoir / Depuis mercredi, les « bédouins » venant d’Ethiopie manifestent à leur manière. Les victimes du naufrage (Nos correspondants sur place)

Le premier attroupement a eu lieu devant l’ONARS mercredi dernier 6 août 2008 ; l’ONARS est l’Office national chargé des réfugiés et des personnes déplacés, en principe à la suite de catastrophes naturelles.

Tout de suite deux camions de la Garde Républicaine sont intervenus. Les bérets rouges, après avoir noté soigneusement les nom de ces personnes et les avoir photographiés de loin ont compris qu’ils venaient de l’Etranger pour se ravitailler “au frais de la Princesse”.

ils les ont donc invitées à monter dans les véhicules afin de les conduire vers un centre où on pourrait leur donner des sacs de nourritures. Rapidement elles ont été conduits vers BalBala et larguées juste en face du Parc à bétail. On leur a précisé qu’ils ne devaient plus remettre les pieds à cet endroit sous peine d’incarcération pendant vingt ans, comme se pratique courament en Ethiopie.

Etonnés par cette hospitalité indigne d’un pays Issa, les bédouins se sont renseignés auprès des jeunes chômeurs de BalBala qui surveillaient “avec convoitise” les camions à destination d’Addis.

Ces deniers ont tout de suite compris les réactions de ces soldats qui avaient juré non pas de protéger La Nation mais uniquement de servir IOG, leur chef et ses prophètes.

Cela explique que ces troupes particulières aient été dispensées de monter au front à Doumeira. Il est préférable de rester sagement auprès de ses enfants plutôt que de risquer de se faire tuer “stupidement” par les Erythréens !

Si la riposte à la présence de ces bédouins a été ultra rapide, c’est uniquement parce sue l’ONARS se trouve à la sortie d’Haramous. Il fallait prendre toutes les précautions pour que ces individus ne se hasardent plus dans le secteur…

Les jeunes diplômés et de surcroît chômeurs de longue durée, ont conseillé aux bédouins d’aller manifester devant le Ministère de l’Intérieur. Ils les ont accompagnés illico, prenant même la tête du peloton, jusqu’à la Place Ménélik actuellement Place de l’Indépendance.

Un Ministre en quête de popularité

Un responsable du Ministère leur a dit de revenir quand ils seraient plus représentatifs, c’est à dire plus nombreux.
Par cette manœuvre dilatoire le Ministre s’est donné le temps nécessaire pour consulter son chef et prophète IOG.

Au cas où il aurait reçu un feu vert, cela lui aurait permis de soigner sa propre image auprès des Issas d’Ethiopie, en invitant la RTD pour médiatiser cette opération d’assistance à « nos cousins » d’Ethiopie.

Jusqu’à présent, c’est la première dame qui avait le monopole exclusif de tous les racolages d’argent en faveur des sinistrés. Mêmes les dons remis par l’Ambassadeur des Etat-Unis pour les victimes de la sécheresse étaient revendus et encaissés par la Reine Paulette de Pacotille (RPP).

Le Ministre se rendant compte que le stock baissait à cause des prélèvements de RPP, voyait là une occasion en pour rehausser sa côte de popularité.
Ayant reçu jeudi matin le feu vert tant attendu, il a envoyé son Secrétaire général, connu comme étant aussi l’un des fidèles Lieutenants de la SDS, Hassan Omar pour solliciter la RTD afin que ce soit diffusé le soir même. Le Ministre a déclaré qu’il allait aider ces pauvres gens tout en secouant l’obole, ce qui est devenu une pratique courante maffieuse.

Jamais le contenu de la sébile n’arrive aux destinataires, mais c’est une pratique facile qui permet de s’enrichir encore plus vite.
La RTD est allé réaliser des interviews sur place pour prouver que ces pauvres gens venaient d’Ethiopie.

Quant aux Djiboutiens, ils se posent les questions suivantes :

1. Est-ce que le régime de Meles a décidé de considérer les Issas d’Ethiopie au même titre que les Somalis de l’Ogaden qu’il massacre et dont il décime le bétail, tout en bloquant toutes les aides humanitaires, qu’il est censé leur remettre ;

2. pourquoi les responsables Djiboutiens n’interviennent pas auprès de leurs homologues éthiopiens, surtout quelles raisons au silence actuel d’IOG ? Il est vrai qu’il est “cul et chemise” en ce moment avec Meles Zenaoui. Alliés pour une nouvelle confrontation commune contre l’Erythrée ? Car Asmara est devenu le bastion des patriotes somaliens tout comme Londres l’a été pour les patriotes français en lutte contre l’envahisseur ;

3. Pendant son court séjour en Ethiopie, durant lequel, il a obtenu la concessions de terres agricoles à la foire pour lui et pour sa belle RPP, IOG a repoussé l’augmentation des taxes portuaires, qui étaient tombées à leur plus bas niveau, pratiquement “à prix coûtant” durant la phase de conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée.

Cette décision contrarie beaucoup les intérêts de Dubaï Port Autority ;

4. Juridiquement parlant, faudrait-il, d’ores et déjà, considérer que le territoire des Issas d’Ethiopie est devenu un Territoire sous administration Djiboutienne ?

Enfin depuis samedi et encore jusqu’aujourd’hui, les bédouins de Milet et de Harawo (Somalie Occidentale) ont été autorisés à se ravitailler dans les dépôts de l’ONARS. Chacun a pu obtenir un sac blanc de l’USAid.

Les meilleurs coureurs sélectionnés par l’AND pour un enrôlement immédiat
Les heureux bénéficiaires ont pu manifester en courant dans les rues, portant leur sac blanc pour montrer leurs acquis.
Aux dernières nouvelles, presque tous les jeunes qui ont bien couru sur huit kilomètres avec le sac de vingt cinq kilos sur le dos, ont été immédiatement contactés à BalBala. Il s’agissait de leur proposer un engagement dans l’AND en échange de la nourriture quotidienne et de sept mille francs Djibouti par mois pour leur famille.

Avec ses marathoniens qui ont été découverts le jour même de l’ouverture des jeux Où l’on Pique, l’AND pourra poursuivre les soldats érythréens
Il est fortement recommandé au Ministre de la Défense Ougoureh, de faire appel aux Afars d’Ethiopie en leur proposant de manifester devant le Ministère de la Défense afin d’y recevoir un sac blanc.

Les meilleurs coureurs seront sélectionnés ensuite ils seront envoyés au front pour poursuivre les paysans érythréens.
Non enregistrés à Djibouti leur mort ne sera pas comptabilisée dans les pertes et il n’en coûtera aucun centime au Trésor public. Un nouveau gain pour IOG.
C’est toujours çà de gagné.

Des vrais ou faux déserteurs condamnés ?
En revanche , la chasse aux déserteurs “présumés” bat son plein,. Les militaires sur le front sont prêts sonner la retraite vers Djibouti si un nouveau conflit éclatait.

On note :

1. qu’un Capitaine fourlaba et quinze militaires ont été arrêtés mercredi dernier et placés en dépôt par le Tribunal ;

2. que Said Awaleh, le Commandant de la Zone d’Obock, un autre fourlaba, a été relaxé.

3. que le Général Zakaria, pour obtenir cette relaxe, a menacé de marcher avec ses blindés sur Djibouti si le Tribunal ne revenait pas sur sa décision. Il s’est immédiatement exécuté.

Espérons que Zakaria ne finisse pas comme feu Yacin Yabeh !!

_______________________ Le naufrage du Dubaï Coast III
Toujours mercredi, les commerçantes RPPistes avaient manifesté dans les bureaux de la société « Triangle » après une émission de la BBC.
Elles avaient appris, la semaine dernière, que le bateau qui transportait leurs achats de marchandise avait coulé non loin d’Oman.

Comme ce bateau n’était pas assuré, non seulement tous les biens des Djiboutiens, mais surtout une majorité appartenant aux Somalilandais ont été engloutis.

Le responsable juridique qui avait loué ce bateau sans assurance est l’agence maritime « Triangle » créée par IOG et gérée par un certain Hirsi Kudar, propriétaire d’un commerce dénommé 22.

Selon nos informations, cet individu connaîtrait beaucoup de choses sur l’assassinat de Bernard Borrel, mais il n’a jamais été inquiété ni pour cette affaire ni pour les faux dollars pour laquelle, le principal inculpé, l’ancien patron de Mitsubishi n’a jamais été condamné durant les trois années qu’il a passé en cellule de luxe : kathant tous les après midi avec la direction de Gabode.

Actuellement il circule tranquillement en ville.
Certains responsables du FBI doivent se mordre les doigts face à une telle impunité cautionnée par la Maison Blanche.

Il semblerait que ce Hirsi sous un autre nom pourquoi pas ? Okieh a déclaré à la BBC en somalie, que les victimes djiboutiennes suite à ce naufrage pourraient vérifier qu’elles ont “un bon papa” et “une bonne maman”.

Reste à savoir si “ce bon papa et cette bonne maman” vont mettre la main à la poche pour indemniser non seulement les commerçants (es) djiboutiens (nes), mais aussi et surtout les Somalilandais qui avaient fait confiance à cette société.

Ce qui ne serait que justice, quand on sait cette Agence maritime est parrainée par IOG, le nouvel ami de Riyaleh depuis la vente du bétail Somalilandais via Djibouti, mais surtout depuis la promesse d’envoi de troupes somalilandaises.

Pour couronner
l’entente cordiale, des centaines de gras moutons avaient été donnés aux Colonels proches de Bobard 1er.
Il ne faut pas rêver et les éleveurs somalilandais connaissent bien les arrangements de Bobard 1er !

Pour preuve, le puissant syndicat des vendeurs de bétail du Somaliland a décidé de payer directement ses impôts et d’exporter le bétail directement de Berbera sous bonne escorte, sans passer par Djibouti.

Le Syndicat a rejetté officiellement la décision présidentielle de Riyaleh. Elle contrignait les vendeurs de bétail à exporter via Djibouti, à un prix dérisoire, leur bétail. L’acheteur ayant reçu d’IOG ce monopole exclusif est un commerçant d’Arabie dont le principal associé est IOG !!!

Mais Riyaleh ne perdait rien, car les deux commerçants désignés ci-dessus, lui avaient garanti une commission de courtage significative !!!

Depuis quelques jours Riyaleh doit faire face à un front armé, issu du SNM qui revendique la libération du Somaliland. Outragés par le fait d’être traités de terroristes Ben ladenistes, ses membres ont pris les armes.

Un conseil aux commerçants Somalilandais : consultez bien vos avocats, pour assigner cette Société maritime, qui viole le Droits international du Transport maritime, devant les tribunaux internationaux pour abus de confiance et pour remboursements des pertes occasionnées.

Comme toujours; les victimes ne doivent surtout pas compter sur les décisions de la Justice djiboutienne placées sous les ordres directes d’IOG, patron des patrons maffieux Car la société bénéficierait immédiatement d’une impunité présidentielle.

Mme Fathia
commerçante déçue face à la voracité du RPP