26/08/08 (B462) XINHUA / La FIJ demande la libération des journalistes enlevés en Somalie

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a appelé lundi à la libération de deux journalistes occidentaux et de leur assistant local enlevés samedi près de la capitale somalienne, Mogadiscio.

La FIJ a lancé cet appel, personne n’ayant revendiqué l’enlèvement d’Amanda Lindhout, reporter canadienne travaillant en freelance pour une télévision française et le réseau canadien, Global National News, et de Nigel Brennan, photojournaliste australien.

“Cet incident choquant souligne les dangers et menaces terribles que les journalistes continuent de rencontrer en Somalie “, a déclaré Gabriel Baglo, directeur du bureau africain de la FIJ.

“Nous demandons leur libération immédiate. Les autorités somaliennes doivent agir de manière urgente pour libérer sain et sauf nos collègues”, a-t-il poursuivi.

D’après le Syndicat national des journalistes somaliens, Mme Lindhout et M. Brennan ont été enlevés samedi alors qu’ils se rendaient à Afgoye, à 25 km de Mogadiscio, pour visiter des camps de déplacés.

Le syndicat a indiqué que personne n’a pour l’instant revendiqué ces enlèvements et que les ravisseurs n’ont pas été identifiés, ce qui suscite de vives inquiétudes.

Ces deux dernières années, on a enregistré en Somalie un certain nombre d’incidents et d’enlèvements impliquant des étrangers, notamment des travailleurs humanitaires. Les ravisseurs libèrent généralement leurs otages en échange d’une rançon.

Ce dernier incident est le premier concernant des journalistes depuis l’enlèvement du Français, Gwen Le Gouil, enlevé pendant huit jours en décembre 2007 dans le nord du pays.