14/09/08 (B465) Nouvel Obs avec AP / Piraterie au large de la Somalie: Barnier demande à Fillon une réunion interministérielle d’urgence

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Michel Barnier a demandé dimanche au Premier ministre François Fillon la tenue “en urgence” d’une réunion interministérielle quelques heures après qu’un navire de pêche français a essuyé des tirs de roquette au large de la Somalie. M. Barnier annonce par ailleurs recevra les armateurs français concernés.

Samedi soir, “Le Drennec”, un thonier senneur congélateur battant pavillon de Mayotte, a été attaqué à la roquette par des pirates “dans les eaux internationales à environ 400 miles des côtes somaliennes. Le navire a réussi à s’échapper et on ne déplore heureusement que des dégâts matériels”, a noté le ministère dans un communiqué.

Mais “dans ce contexte d’insécurité, les marins des thoniers tropicaux français et espagnols ont décidé de rentrer à leur port d’attache, aux Seychelles”. Ces tirs surviennent cinq mois après le détournement du voilier de croisière français “Le Ponant” et l’arraisonnement du chalutier espagnol “Playa de Bakio” par des pirates dans la même zone. Le 3 septembre, des pirates détournaient un cargo égyptien dans le golfe d’Aden, ainsi qu’un voilier, le “Carré d’as”, dans lequel se trouvaient trois personnes, dont deux Français.

Selon le Bureau maritime international (BMI), les côtes somaliennes sont les plus dangereuses du globe en matière de piraterie: plus de 40 bateaux y ont été attaqués depuis le début de l’année, pour la plupart dans le golfe d’Aden qui relie la mer Rouge à l’océan Indien.

“Conscient de l’urgence de la situation” pour les navires travaillant dans l’océan Indien, Michel Barnier demande donc la tenue d’une réunion interministérielle avec les ministères concernés (Défense, Affaires étrangères) “afin de déterminer les mesures susceptibles d’être mises en oeuvre rapidement pour sécuriser l’activité des navires et de leurs équipages opérant dans les eaux internationales de l’océan Indien”.

Dans son communiqué, M. Barnier souhaite également que “des solutions soient recherchées au niveau communautaire durant la présidence française de l’Union européenne pour les 55 navires européens pêchant dans cette zone”.